Blog Bayard Éditions

QUAND-JE-SUIS-FAIBLE-JE-SUIS-FORT_ouvrage_popinQuand je suis faible, je suis fort

Thierry Verhelst et Anne Ducrocq

Une rencontre d’exception

« J’ai rencontré Thierry Verhelst et ses proches aux heures où l’or de leurs coeurs était passé au creuset. Vivant dans un centre spirituel orthodoxe en Lorraine à mi-temps, j’y suis devenue amie avec une moniale, soeur Barbara. Durant deux ans, j’ai partagé avec elle la montée de la maladie de son père – atteint d’une Sclérose latérale amyotrophique (SLA), une maladie dégénérative – et l’étonnant chemin de liberté intérieure qu’il parcourait à mesure qu’il perdait le contrôle de son corps. » raconte  Anne Ducrocq. Elle  décide alors de passer du temps auprès de Thierry V., « simplement, pour écouter ce que la grande épreuve apprend à ceux qui y consentent ».

Un dialogue intense

Elle l’accompagnera par le dialogue et l’écoute jusqu’au « Grand Passage ». Le lendemain de son enterrement, en accord avec Thierry, son épouse, Roseline, lui confie les journaux spirituels que Thierry avait tenus tout au long de sa maladie. Ce livre est composé de toutes ces sources, regroupées comme autant de voyages incessants entre l’intérieur et l’extérieur, l’espoir et le désespoir.

Un témoignage bouleversant sur la fragilité et la dépendance, mais aussi un dialogue intense, spirituel, sur la fin de vie.

Thierry Verhelst (1942-2013) était prêtre orthodoxe, d’origine belge, engagé au service des relations Nord-Sud. Juriste et anthropologue, son parcours l’a conduit de la Belgique à l’Inde en passant par l’Éthiopie, le Rwanda, le Brésil, l’Algérie et les États-Unis. Il a milité au sein de nombreuses ONG de développement. L’été 2010, il commence à ressentir une fatigue anormale et une gêne à la marche. Six mois plus tard, il apprend le pire : il est atteint d’une Sclérose latérale amyotrophique (SLA), aussi appelée maladie de Charcot. Il était marié et avait deux filles dont l’une est religieuse orthodoxe. Il meurt le 25 avril 2013.

Anne Ducrocq est journaliste aux revues « Nouvelles Clés », « Le Monde des Religions » et « Livres Hebdo ». Elle est proche du centre de spiritualité orthodoxe de Béthanie en Moselle.

 

Laisser un commentaire