Blog Bayard Éditions

Avec ce livre, Jean Maisondieu est aux antipodes des idées de l’immense majorité de la société.

CREPUSCULE DE LA RAISON

 

« Les troubles démentiels ne sont pas exclusivement dus à des atteintes organiques du cerveau, contrairement à ce qu’on a l’habitude de penser »

Le nom d’Alzheimer permet de regrouper une nébuleuse de troubles démentiels survenant dans la deuxième partie de la vie et caractérisés par l’altération des facultés intellectuelles et notamment de la mémoire.

Drame absolu pour ceux qu’elle atteint, charge affective et matérielle énorme pour leurs proches, problème majeur de santé publique, cette maladie est d’autant plus redoutée que les ressources thérapeutiques restent très pauvres malgré des recherches poussées.

L’auteur s’interroge : N'est-on pas en train de faire fausse route ? La maladie d'Alzheimer n’est-elle pas aussi le symptôme d'une société qui, par peur maladive de la mort, rejette les malades d’Alzheimer, les traitant en objets plutôt qu’en sujets et produisant ainsi un effet délétère sur leur état ?

Pour Jean Maisondieu, l’approche psychiatrique est aussi pertinente que l’approche biologique pourtant plébiscité dans la médecine actuelle, thèse qu’il défend depuis 1989.

 

 

Jean Maisondieu, né à Brest le 23 juillet 1939, a fait ses études de médecine à Bordeaux. Ancien interne des Hôpitaux de cette ville, il s'est orienté vers la psychiatrie qu’il a d’abord exercée dans la Marine nationale avant de devenir psychiatre des Hôpitaux de l’assistance publique en Bretagne et en région parisienne. Désormais psychiatre des hôpitaux honoraire, il intervient dans de nombreuses formations destinées aux travailleurs sociaux et aux intervenants du domaine psycho-psychiatrique.


Format : 14,5 x 19 cm, 430 pages, 22,90 euros.

En librairie le 17 janvier 2018.

Laisser un commentaire