Blog Bayard Éditions

MaVeriteSurVincentLambertMa vérité sur l'affaire Vincent Lambert

Docteur Eric Kariger

« Je ne donnerai jamais la mort, mais la médecine doit savoir se retirer »

Une vie en suspens

Aujourd’hui, l’avenir de Vincent Lambert, en état végétatif depuis plus de cinq ans, dépend de la décision de la Cour européenne des droits de l’homme. Le 11 janvier 2014, les médecins décident, après consultations et expertises, d’arrêter les traitements de nutrition et d’hydratation artificielles du patient, conformément à la loi Leonetti. Le 20 juin 2014, Le Conseil d’État se prononce lui aussi contre la poursuite du traitement qui maintient en vie Vincent Lambert, invoquant le « refus de l’acharnement thérapeutique ». Mais les parents du patient, catholiques traditionalistes, saisissent alors la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH), lui demandant de s’opposer à un arrêt des soins. C’est cette Cour, qui se réunit en délibéré le 7 janvier prochain, qui dira, en dernier ressort, si Vincent Lambert doit être ou non « débranché ».

Plaidoyer pour la vie

Catholique et pratiquant, farouche défenseur du droit à la vie, le Dr Kariger n’aurait jamais imaginé, quand Vincent Lambert est arrivé au sein du pôle qu’il dirigeait, au CHU de Reims, qu’il serait, un jour, traîné devant les tribunaux, traité d’ « assassin », de « nazi » et dénoncé au Conseil de l’ordre par les parents de Vincent Lambert, tous deux proches des milieux catholiques intégristes. Il livre dans cet ouvrage son témoignage de médecin plein de convictions, confronté à cette médecine devenue toute puissante, sans cesse tentée de poursuivre les soins jusqu’à « un acharnement » qui déshumanise le patient. Son témoignage est un plaidoyer pour la vie. Pour une vie digne.

Eric Kariger, spécialiste des soins palliatifs, a dirigé pendant plusieurs années le service des soins palliatifs du CHU de Reims, avant de quitter ses fonctions, il y a quelques mois, à la suite d’insultes et de menaces reçues pour s’être prononcé pour l’arrêt des traitements de son patient. Il suivait Vincent Lambert depuis six ans. Homme de conviction, chrétien, vice-président du Conseil général de la Marne, il occupe aujourd’hui un poste de directeur médical dans un groupe de maisons de retraite.

 

 

Laisser un commentaire