Archive dans octobre 2014

La collaboration

Collaboration

Ben Urwand

Un nouvel éclairage historique

Ben Urwand révolutionne l’histoire de cette période :  celle des  patrons des studios hollywoodiens face au pouvoir hitlérien entre 1933, année de l’arrivée du dictateur au pouvoir, et 1941, année d’entrée en guerre des Etats-Unis,. Que les studios hollywoodiens se soient en grande partie tus devant le sort réservé aux juifs d’Europe est un fait bien établi. Mais ce n’est peut-être que la partie émergée de l’iceberg, comme le soutient Ben Urwand dans ce livre. Travaillant à partir d’archives américaines et allemandes, l’auteur montre que Hollywood a travaillé avec l’Allemagne nazie de manière volontariste : il était essentiel pour les studios de conserver la maîtrise du marché en Allemagne, pays d’Europe qui comptait le plus grand nombre de salles de cinéma.

Censure

Les nazis ne se contentaient pas de censurer les films sur leur territoire : ils cherchaient à contrecarrer toute tentative de produire une oeuvre qui leur soit hostile et affiche des vedettes juives. Ben Urwand montre également l’usage troublant qui fut fait des bénéfices amassés par ces mêmes studios. Intransférables aux Etats-Unis en vertu de la législation nazie, ils furent réinvestis dans la production d’images d’actualité ou dans des entreprises allemandes. Hollywood était la vitrine des Etats-Unis et son histoire reste inséparable de
celle du pays. Le livre de Ben Urwand est hanté par cette question : que ce serait-il passé si davantage de productions hollywoodiennes avaient alerté l’Europe de la menace nazie ?

Ben Urwand est historien, chercheur à l’université d’Harvard. Après avoir travaillé sur La liste de Schindler de Steven Spielberg et sur la représentation des afro-américains au cinéma, il se consacre à cet important travail sur les relations entre Hitler et les principaux patrons des studios hollywoodiens. En 2011, il obtient une prestigieuse bourse à Harvard qui lui permet de terminer sa recherche et de publier The Collaboration en octobre 2013.

 

 

Dialogue sur l’histoire

DialogueSurLhistoire

Jean-Pierre Vernant, Jacques Le Goff

La rencontre de deux grands spécialistes

En 2004, à l’occasion de leur anniversaire respectif, 80 et 90 ans, France Culture et Emmanuel Laurentin organisent une rencontre entre Jacques Le Goff, spécialiste du Moyen-âge, et Jean-Pierre Vernant, historien de la Grèce antique. Au cours de ces entretiens, ces deux célèbres historiens reviennent sur leurs maîtres, leur parcours de vie et de recherche, à l’école des hautes études, au CNRS ou au Collège de France, conscients tous deux de la chance qu’ils ont eue de trouver des institutions ouvertes, prêtes à les accueillir et à lever les barrières disciplinaires.

 

Un héritage d’importance

Ils échangent aussi sur leur travail, la manière dont leur génération a examiné les questions que le présent posait et le rapport entre l’histoire qu’ils ont produite et la société contemporaine. Au lendemain du décès de Jacques Le Goff, on relit cet échange avec émotion et on mesure l’héritage ouvert que ces deux penseurs laissent à la génération
actuelle.

Jacques Le Goff, décédé en 2014, a été directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, qu’il a présidée de 1972 à 1977. Il est l’auteur d’une oeuvre considérable sur le Moyen Âge, dont Un Moyen Âge en images (Hazan), Héros et merveilles au Moyen Âge, L’Europe est-elle née au Moyen Âge ? (Seuil), Saint Louis (Gallimard).

Jean-Pierre Vernant, décédé en 2007, était professeur honoraire au Collège de France, spécialiste de la Grèce antique et fondateur du centre Louis- Gernet qu’il a dirigé jusqu’en 1984. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont L’univers, les dieux, les hommes et La traversée des frontières (Seuil).

 

Actualité

Les librairies en parlent

http://www.pagedeslibraires.fr/dossier-600/historiens-dans-la-cite.html?osa=6142edb0b2e638e7f62bd0a56146a950acf4465

 

 

 

 

La Bible de Lucile

narrow_lucileLa Bible de Lucile

Pierre-Marie Beaude

Un rêve inaccessible?

Lire la Bible intégralement,nombreux sont ceux qui l’otn désiré, tout aussi nombreux sont ceux qui y ont échoué…lependant , la Bible n’est ni roman ni un livre d’histoire ni un catéchisme. Sa lecture demande de nombreux éclaircissements dans plusieurs domaines : théologique, historique, littéraire, exégétique et linguistique… Et difficile d’y comprendre quoi que ce soit sans se faire une idée de la longue réception de ses textes sur plus de 2 000 ans.

Un dialogue ouvert

L’exégète historien, théologien et homme de lettres prolixe qu’est Pierre-Marie Beaude a imaginé une longue correspondance de trois ans entre un oncle, érudit bibliste, et sa nièce, curieuse, passionnée et non conformiste. Leur pacte : lire toute la Bible tous les deux pendant trois ans et tout se dire, poser toutes les questions, chercher toutes les réponses, tout se raconter.

Ils nous entraînent dans un dialogue ouvert, plein de rebondissements, sur l’histoire des textes, les aventures des héros, les mystères et les énigmes des Écritures…

Mille trois cent  pages passionnantes, un livre unique à deux voix, une véritable exploration des récits bibliques avec le souci de transmettre aujourd’hui un patrimoine exceptionnel.

 

Pierre-Marie Beaude est théologien, professeur émérite à l’université Paul-Verlaine de Metz. Il a publié de nombreux livres d’exégèse, d’histoire et d’herméneutique biblique, ainsi que des romans et des essais littéraires. C’est également un célèbre auteur jeunesse, chez Gallimard jeunesse et Bayard, dont l’oeuvre a reçu de nombreux prix littéraires.

Les exilés mentaux

LesExilesMentaux

Les exilés mentaux

Jeanne Auber

 

 

Dans Bonjour, jeune beauté, nous avions découvert le quotidien de sa famille, confrontée au handicap de leur fille Julie, son combat pour comprendre et accompagner au mieux cette différence. Nous la retrouvons alors que Julie fête ses 22 ans et connaît le triste sort de nombreux adultes handicapés dans notre pays : pas d’hébergement sur le territoire français, une prise en charge provisoire, une semaine par mois, à 300 kilomètres du domicile familial.

Pourquoi ? A quoi tient cette spécificité française ? Et comment, dans le même temps, de plus en plus de familles trouvent une solution de l’autre côté de la frontière, en Belgique ? C’est le journal de bord de cette enquête que nous donne à lire Jeanne Auber, un an de rencontres avec les associations de parents dans les deux pays, de visites de ces établissements wallons à la gestion opaque, d’entretiens avec d’autres mères françaises, forcées de bricoler des solutions au quotidien.

Jour après jour, c’est un véritable scandale national qui se révèle, où l’administration ne tient même pas un décompte précis des places disponibles dans ses établissements, où les contribuables français financent des hébergements en Belgique, où les familles belges, elles, ne peuvent plus avoir accès aux structures présentes dans leur pays.

Jeanne Auber est médecin et exerce dans un grand hôpital parisien. Elle est l’auteur avec son mari, Tristan Auber, de Bonjour, jeune beauté, aux éditions Bayard.