Catégorie dans Sciences-humaines

La tentation de l’invisible

Une méditation philosophique et spirituelle sur l’au-delà du visible.

9782227492738

 

« L’interrogation de toute existence porte sans doute sur l’au-delà du visible… »

L’au-delà, l’invisible, le mystère… Dans un petit livre inspiré, l’auteur entreprend d’interroger nos conceptions de l’invisible, depuis Platon, la Bible, jusqu’aux grands auteurs spirituels et mystiques, et dans la littérature. Il pénètre ainsi, comme il le dit, dans « notre labyrinthe imaginaire ».

Il raconte de façon accessible et personnelle une « petite histoire de l’invisible » dans la pensée et la foi chrétiennes. Il marque les grands jalons de cette quête dans le monothéisme pour finir par proposer une spiritualité de la création artistique.

 

 

Jean-François Moueix est propriétaire de Petrus, le « pape » des vins de Bordeaux. Il est aussi collectionneur d’art et spécialiste de littérature. La tentation de l’invisible est son premier livre.

Format : 14,5 x 19 cm, 410 pages, 21,90 euros.

En librairie le 21 février 2018.

Cet incroyable besoin de croire

Que devient une société qui, impatiente de s’affranchir de la religion, s’expose au vide et à ses réactions violentes ou irrationnelles ?

9782227493797

 

 

Au cours d’un long dialogue et de textes rassemblés pour la première fois, Julia Kristeva bouleverse nos idées reçues sur le religieux, le spirituel et le christianisme. Elle s’attaque à une question d’actualité : comment penser la place du religieux dans l’individu et nos sociétés post-modernes ? Elle parle librement de son histoire personnelle et des évènements récents (11 septembre, terrorisme, guerre des religions…). On comprend avec elle combien il est surprenant « que nos sociétés sécularisées aient négligé à ce point cet incroyable besoin de croire ».

La nouvelle édition d’un livre qui avait fait date il y a plus de dix ans déjà, revue et augmentée de plusieurs textes importants.

 

 

Julia Kristeva, née en Bulgarie, travaille et vit en France depuis 1966. Linguiste, psychanalyste et écrivain, elle est l’auteur d’une œuvre considérable traduite et étudiée dans le monde entier. Européenne convaincue, plaidant pour une refonte de l’humanisme, elle a reçu de nombreux prix prestigieux : le prix Holberg (2004), le prix Hannah Arendt (2006) et le prix Saint-Simon (2017).


Format : 14,5 x 19 cm, 220 pages, 19,90 euros.

En librairie le 14 février 2018.

Le crépuscule de la raison

Avec ce livre, Jean Maisondieu est aux antipodes des idées de l’immense majorité de la société.

CREPUSCULE DE LA RAISON

 

« Les troubles démentiels ne sont pas exclusivement dus à des atteintes organiques du cerveau, contrairement à ce qu’on a l’habitude de penser »

Le nom d’Alzheimer permet de regrouper une nébuleuse de troubles démentiels survenant dans la deuxième partie de la vie et caractérisés par l’altération des facultés intellectuelles et notamment de la mémoire.

Drame absolu pour ceux qu’elle atteint, charge affective et matérielle énorme pour leurs proches, problème majeur de santé publique, cette maladie est d’autant plus redoutée que les ressources thérapeutiques restent très pauvres malgré des recherches poussées.

L’auteur s’interroge : N’est-on pas en train de faire fausse route ? La maladie d’Alzheimer n’est-elle pas aussi le symptôme d’une société qui, par peur maladive de la mort, rejette les malades d’Alzheimer, les traitant en objets plutôt qu’en sujets et produisant ainsi un effet délétère sur leur état ?

Pour Jean Maisondieu, l’approche psychiatrique est aussi pertinente que l’approche biologique pourtant plébiscité dans la médecine actuelle, thèse qu’il défend depuis 1989.

 

 

Jean Maisondieu, né à Brest le 23 juillet 1939, a fait ses études de médecine à Bordeaux. Ancien interne des Hôpitaux de cette ville, il s’est orienté vers la psychiatrie qu’il a d’abord exercée dans la Marine nationale avant de devenir psychiatre des Hôpitaux de l’assistance publique en Bretagne et en région parisienne. Désormais psychiatre des hôpitaux honoraire, il intervient dans de nombreuses formations destinées aux travailleurs sociaux et aux intervenants du domaine psycho-psychiatrique.


Format : 14,5 x 19 cm, 430 pages, 22,90 euros.

En librairie le 17 janvier 2018.

Les lunatiques

Le témoignage bouleversant d’un schizophrène.

COUV_9782227492660.indd

 

 

« Quelle sérénité dans ces portraits où la bienveillance le dispute à l’humour, mais où transparaît parfois à une détresse pudique !

Matthieu de Vilmorin remet en perspective la représentation erronée du grand public sur les schizophrènes. On peut, nous dit-il, soulager cette population en souffrance. L’attention, la tendresse comptent parmi les conditions de sa dignité.

Ce livre, porteur d’espoir, donne à faire connaître tout un pan de notre société. »

 

 

 

Matthieu de Vilmorin a 57 ans. Il a fait des études de droit puis a été victime à l’âge de 23 ans de sa première crise de schizophrénie. « Je suis un schizo stabilisé », précise-t-il aujourd’hui. Grâce à un traitement à vie, il n’est plus victime de bouffées délirantes. S’il a exercé plusieurs métiers et a écrit un premier livre en 2002, Folles et fous (Éd. Kirographaires).


Format : 12,3 x 18,3 cm, 183 pages, 14,90 euros.

En librairie le 10 janvier 2018

Paris Mystères

Evénement : les mystères de Paris tels qu’on ne vous les a jamais racontés !

BAYARD_PARIS_MYSTERES_COUV_BAT

 

Ce livre est à l’origine de la série documentaire diffusée en prime time sur RMC Découvertes à partir du 23 janvier 2018.

 L’historien Jean-Marc Léri, fin connaisseur de Paris, explore les grands mystères indissociables de l’histoire de la capitale : le fantôme de l’opéra, les secrets des templiers, Nicolas Flamel, l’alchimiste, Poisons et messes noires à la Cour du roi, Paris post-mortem ou encore Allan Kardec et le spiritisme.

Ces énigmes historiques révèlent un Paris étrange et fascinant. Du suspense, de la découverte, de la culture…  En six chapitres richement illustrés de photos documentaires et d’images des films, ce livre, présenté comme un beau carnet, plonge le lecteur dans un Paris tel qu’on ne l’a encore jamais vu.

 

 

Jean-Marc Léri a été Président de la Société de l’Histoire de Paris, directeur des Archives et bibliothèques du Louvre et des musées nationaux, directeur pendant vingt-et-un ans du musée Carnavalet, de la crypte archéologique de Notre-Dame et des Catacombes. Il a publié plusieurs ouvrages sur Paris.

Format : 14,5 x 22 cm, 350 pages, 24,90 euros.

En librairie le 15 novembre 2017

Le devoir d’hospitalité

Ne perdons pas notre âme !

Pages de BAYARD COUV EDWY 3

Ce court texte sincère et brûlant est un véritable « J’accuse » contemporain qui  dénonce l’injustice de criminaliser celles et ceux qui se portent au secours des migrants partout en Europe. Rédigé dans l’urgence, il a rencontré un très grand intérêt dans toute l’Europe.

Edwy Plenel a voulu proposer un petit livre accessible au plus grand nombre, très argumenté et précis, pour réveiller les consciences endormies. Il rappelle les valeurs républicaines et européennes de la solidarité et du « vivre ensemble ».

Criminaliser le « secours à autrui »,  comme dans le cas de Cédric Herrou, c’est s’opposer aux « droits imprescriptibles et naturels de l’Homme »  (Déclaration des droits de l’Homme.)

Notre devoir est de « jeter des ponts » et  d’accueillir l’autre homme, si nous ne voulons pas perdre notre âme et notre histoire.

 

 

Edwy Plenel, né en 1952, est journaliste depuis 1976. Ancien directeur du Monde, il a depuis cofondé le site Mediapart qui a ouvert le 16 mars 2008, et qui a joué un rôle-clé dans la révélation de nombreuses affaires (Bettencourt, Cahuzac, Panama…) Auteur de nombreux livres à succès, il a été lauréat du prix Médicis essai.

Format : 12,5 x 20,5 cm, 40 pages, 3,50 euros.

En librairie le 8 novembre 2017

Le silence de la Vierge

Un témoignage choc sur les dérives sectaires dans les couvents

9782227492325Pour la première fois, une ancienne sœur ose lever le voile et parler à visage découvert des dérives sectaires dans les communautés catholiques. Le témoignage de Marie-Laure Janssens, ex-religieuse de la communauté Saint-Jean, éclaire, par son récit, une réalité encore taboue : l’abus spirituel.

En 2003, elle demande à un évêque l’autorisation de raconter son histoire. Voici sa réponse : « le silence de l’Eglise est à sa manière un acte de miséricorde à l’égard des personnes. Ce n’est pas avoir peur de la vérité́ que de garder le silence lorsque celui-ci est le langage du don de soi, le langage du service comme la Vierge Marie vous le fait comprendre. » Elle n’a pas compris une telle exigence de silence. C’est pour cela qu’elle publie aujourd’hui ce livre.

Marie-Laure Janssens est sortie en 2010 de la communauté des sœurs contemplatives de Saint-Jean, dans laquelle elle a passé onze ans. Dans ce livre, elle témoigne avec courage et sincérité d’un crime que ni le droit pénal ni le droit canon ne reconnaissent : l’abus spirituel.

 Mikael Corre est journaliste pour l’hebdomadaire catholique Pèlerin. Sociologue, ses recherches à l’Ecole des hautes études en sciences-sociales (EHESS) ont porté sur les communautés catholiques nées dans les années 1970 et leurs dérives. Il accompagne Marie-Laure Janssens dans l’écriture de ce livre.

 

Format : 14,5 x 19 cm, 260 pages, 18,90 euros.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le baiser du ramadan

Un récit personnel et poignant sur la mixité dans le couple

9782227492271Une musulmane ne peut pas tomber amoureuse d’un non-musulman. C’est comme de dire « ma sœur est tombée amoureuse d’un dauphin » ou « ma sœur est tombée amoureuse d’une chaise ».

 En famille comme sur les réseaux sociaux, Myriam Blal n’a tout d’abord rencontré qu’incompréhension et refus quand elle a annoncé son intention d’épouser Maxime, un chrétien.  Dans ce témoignage sensible et passionnant, elle raconte son combat pour faire accepter leur amour.

Le témoignage profondément original d’une jeune journaliste d’origine tunisienne sur une réalité contemporaine.

Myriam Blal, 33 ans, vit à Nantes. Elle est journaliste et rédactrice indépendante. Elle a notamment collaboré au Courrier de l’Atlas et à la revue XXI.

 

 

 

Format : 14,5 x 19 cm, 170 pages, 16,90 euros.

Enseigner la théologie aujourd’hui

La théologie a-t-elle encore un avenir ?

Enseigner_la_théologieDans ce petit texte, Christoph Théobald répond de façon vivante et franche à la question : comment et pourquoi enseigner encore la théologie dans nos sociétés dites « post-modernes » et sécularisées ? Qui cela peut-il bien intéresser encore ?

Il faut prendre en compte les nouveaux profils des étudiants et des personnes en formation, mais aussi les critères radicalement nouveaux des sociétés mondialisées, métissées… Que peut alors apporter la théologie à nos contemporains ? « Une capacité critique non négligeable », répond l’auteur, et l’accès à une intelligence du monde et de la foi.

 

Christoph Théobald, jésuite, est un des meilleurs théologiens chrétiens européens. D’origine allemande, il travaille et enseigne en France, au Centre Sèvres à Paris. Il est rédacteur en chef de la revue Recherches de science religieuse, et collabore régulièrement à la revue Etudes. Auteur de nombreux ouvrages remarqués, il est spécialiste de Vatican II. Il a publié chez Bayard Transmettre un évangile de liberté (5000 ex) et Vous avez dit vocation ? (3000 ex).

 

Format : 12,3 x 17,8 cm, 80 pages, 9,90 euros.

En librairie, le 13 septembre 2017

 

Les couleurs du ciel

Pourquoi le ciel est-il bleu, le soleil jaune et la nuit noire ? Les phénomènes célestes expliqués à tous par un des plus grands scientifiques français.

Les_couleurs_du_cielPourquoi le ciel est-il bleu ? Qu’est-ce que le rayon vert ? Et quelle est la couleur du ciel sur Mars, Vénus ou Titan ? Y a-t-il des arcs-en-ciel de Lune ?

Entre la physique et l’astronomie, le grand physicien épistémologue Jean-Marc Lévy-Leblond explique, avec le talent d’un conteur, les phénomènes célestes qui nous entourent et mettent de la couleur dans notre monde.

Il évoque les phénomènes physiques et aussi les savants tels que Galilée qui pour lui a apporté d’essentiel : l’idée que le monde céleste et le monde terrestre ne font qu’un et que les lois physiques y sont les mêmes, à l’encontre de la tradition aristotélicienne qui séparait le monde terrestre, le nôtre, monde de l’imperfection et du changement, du monde céleste, monde de la perfection et de l’immuabilité.

Un formidable texte sur les interrogations mais aussi des plaisirs que peuvent susciter les sciences.

 

Jean-Marc Lévy-Leblond est physicien et philosophe, professeur émérite de l’université de Nice, essayiste et éditeur. « Critique de science », il est aussi directeur de programme au Collège international de philosophie, directeur des collections scientifiques des éditions du Seuil et a fondé la revue Alliage (culture, science, technique). Auteur de nombreux ouvrages (L’esprit de sel, Fayard. La pierre de touche, La science à l’épreuve, Folio Essais) il a publié récemment La science expliqué à mes petits-enfants et L’atome expliqué à mes petits-enfants au seuil.

 

Format : 12,8 x 17,3 cm, 80 pages, 12,90 euros.

En librairie, le 20 septembre 2017

Être Achille ou Ulysse ?

Une formidable réflexion sur ce que dit de nous la mythologie.

Etre_achille_ou_ulysseDans cette petite conférence très vivante et pleine de fantaisie, Pierre Judet de La Combe présente deux personnalités bien différentes.

Deux héros, deux destins, deux manières d’être, de vivre. Le premier est en colère, affronte ses ennemis, bouscule les dieux, les hommes et gagne.

Sans méfiance aucune, il aime passionnément ses amis, souffre pour eux, et laisse un souvenir lumineux, mais il meurt. L’autre ruse, fuit, invente mille tours, se méfie de tout le monde, s’échappe toujours et parvient à revenir chez lui, mais à quel prix ? Faut-il choisir entre ces deux voies ?

 

Pierre Judet de La Combe est helléniste, directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’EHESS dans les disciplines Histoire et Philologie classique. Il est l’auteur de nombreuses traductions de textes issus de la poésie et du théâtre grec. Il a beaucoup réfléchi à l’enseignement du grec et du latin. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels Les tragédies grecques sont-elles tragiques ? Théâtre et théorie, Bayard (2010) et L’Avenir des anciens. Oser lire les Grecs et les Latins, paru chez Albin Michel l’année dernière.

 

Format : 12,8 x 17,3 cm, 80 pages, 12,90 euros.

En librairie, le 20 septembre 2017

Le geste de transmettre

Pourquoi la transmission est-elle devenue le sujet intime et collectif le plus important de nos jours ?

TransmettreEt si réussir sa vie, c’était aussi savoir transmettre ? S’interroger sur le rôle et la place de la transmission dans nos existences ? Nathalie Sarthou-Lajus s’interroge sur la transmission comme philosophe, mais aussi comme mère, femme, et citoyenne.

Son livre est à la fois un essai brillant et profond sur l’héritage, nécessaire mais parfois terriblement encombrant, ou absent, et un témoignage intime sur le lien entre les générations, l’oubli et la mémoire des familles, des communautés.

Ce livre poursuit son travail de réflexion sur la manière dont chacun d’entre nous vivons nos vies et comment nous pouvons tenter de mieux vivre.

 

Nathalie Sarthou-Lajus est rédactrice en chef adjointe de la revue Etudes depuis 2007. Philosophe, elle a publié Sauver nos vies chez Albin Michel en 2013 ainsi qu’un Éloge de la dette (PUF, 2012), et avec le romancier Alexis Jenni, Une vie simple (Albin Michel), biographie du moine italien Enzo Bianchi.

 

Format : 12 x 17,6 cm, 150 pages, 14,90 euros.

En librairie, le 20 septembre 2017

Le chemin de la vie

Nouvelle édition du « testament » de Léon Tolstoï : Le trésor de la pensée humaine rassemblé et écrit par le grand écrivain russe

Le_chemin_de_la_vieA la fin de sa vie, Tolstoï entend résumer et présenter les pensées exprimées par les sages universellement reconnus et par les fondateurs des religions les plus répandues de tous les temps et de tous les pays.
Toutes ces pensées, pour lui, délivrent le sens et le but suprême de la vie. Elles tracent ainsi le «chemin de la vie», titre original de ce livre qui deviendra, dans sa traduction française en 1912, « Pensées de l’Humanité ».
Mais il s’agit surtout de son œuvre testamentaire, celle qu’il entoura de plus de soin durant ses dernières années et dont il corrigeait les épreuves jusqu’à sur sa couche de mourant.

Témoignage bouleversant et impressionnant des interrogations de l’auteur russe sur l’éducation, le couple, la paix, l’amour, la vie après la mort… au travers des plus grandes pensées et des plus grandes sagesses de l’humanité.

 

Léon Tolstoï (1828-1910), écrivain majeur de la littérature russe, est l’auteur d’une œuvre gigantesque qui compte plus de quatre-vingts volumes dont Anna Karénine ou Guerre et Paix, et mêlant récit et considérations morales et philosophiques. Inspiré toute sa vie par l’Evangile, il a prôné à la fin la non-violence et l’ascétisme.

 

Format : 12,3 x 17,8 cm, 150 pages, 13,90 euros.

En librairie, le 4 octobre 2017

Mémoires de Luther

Luther présenté et raconté à travers ses propres écrits par le grand historien romantique français, Michelet.

Memoires_de_lutherPour le cinquième centenaire de la publication des thèses de Luther contre les indulgences, le 31 octobre 1517, nous offrons au lecteur d’aujourd’hui l’anthologie de ses Mémoires réduites à l’essentiel par le grand historien Michelet.

Michelet admira et aima Luther. Il fit du Réformateur l’un des héros de sa « légende des siècles ». En 1835, il publie, à la gloire de l’homme, les Mémoires de Luther, ce recueil de « Propos de table », de lettres et de discours, qui compose une intelligente biographie. Michelet a entretenu avec la Réforme et les réformés une relation privilégiée dans la patrie de Bossuet et Voltaire ! Bravant une censure vivace encore à son époque.

Luther a énormément écrit et ses disciples ont pour ainsi dire récolté la moindre de ses paroles, ce qui fait qu’il y avait un abondant matériel pour raconter la vie de Luther. Matériel que Jules Michelet a alors traduit, mis en ordre et en perspective pour réaliser cette ample bibliographie.

 

Jules Michelet (1798 – 1874), maître du romantisme, est considéré comme l’un des grands historiens du XIXe siècle pour avoir donné naissance à travers ses ouvrages historiques à une grande partie du « roman national». Parmi ses œuvres les plus célèbres de l’époque, Histoire de France, qui sera suivie d’une non moins monumentale Histoire de la Révolution.

 

Format : 12,3 x 17,8 cm, 150 pages, 13,90 euros.

En librairie, le 4 octobre 2017

Aphorismes

Khalil Gibran livre ici ses réflexions les plus intimes sur l’amour, le désir, l’amitié, la mort, la liberté, la fuite et la permanence des êtres et des choses.

AphorismesLa philosophie du chrétien Khalil Gibran (« Gibran » signifiant « Consolateur » en arabe) est simple, intemporelle et universelle : ce que l’homme a de plus divin en lui, c’est « l’émerveillement qu’il a devant la vie ».

Outre ses livres et ses poèmes, écrits tout d’abord en arabe puis directement en anglais, il a toute sa vie consigné ses pensées, ses remarques sur la vie et la sagesse humaine. Ce sont ces aphorismes dont nous donnons ici une nouvelle édition dans une traduction renouvelée et accessible.

Ces pensées s’adressent à tous. Elles offrent une authentique sagesse pour traverser l’existence et goûter la joie, la sérénité humaine.

 

Khalil Gibran est un écrivain libanais (1883 – 1931). Il a séjourné en Europe et passé la majeure partie de sa vie aux États-Unis. Mondialement connu pour avoir publié en 1923 ce qui deviendra un best-seller mondial, son recueil Le Prophète, particulièrement populaire dans les années 60 – 70. Ce serait aujourd’hui le livre le plus lu après la Bible. Rien qu’en France, pas moins de cinq traductions sont disponibles, et des dizaines de millions d’exemplaires ont été vendus à travers le monde.

 

Format : 12,3 x 17,8 cm, 150 pages, 13,90 euros.

En librairie, le 4 octobre 2017

Tous malades des antibiotiques

Les antibiotiques font de plus en plus de victimes !

Tous_malades_des_antibioLa résistance des bactéries aux antibiotiques fait aujourd’hui 15000 morts par an en Europe (maladies nosocomiales, infections diverse…).
Si rien ne change, des opérations chirurgicales bénignes pourront s’avérer mortelles d’ici quelques années. Ce phénomène a plusieurs causes, dont la principale est une surconsommation d’antibiotiques par l’industrie agro-alimentaire (pour les élevages industriels de porcs, volailles, poissons…) qui transmettent ensuite à l’homme les bactéries résistantes. Le propos du professeur Andremont n’est ni culpabilisant, ni pessimiste : il lance une alerte et défend l’idée que les antibiotiques doivent être utilisés de façon plus « écologique », c’est-à-dire être considérés comme une denrée limitée que l’on doit gérer intelligemment.

Journée européenne des antibiotiques le 18 novembre 2017.

 

Antoine Andremont est l’un des grands experts internationaux dans le domaine de l’étude de la résistance des bactéries aux antibiotiques. Professeur à la faculté de médecine de l’Université Paris-Diderot et chef du service de bactériologie de l’hôpital Bichat-Claude-Bernard, il effectue des missions régulières pour l’OMS. Il a publié en 2010, Le triomphe des bactéries : la fin des antibiotiques ? (Max Milo) et Antibiotiques, le naufrage (Bayard, 2014). Il intervient fréquemment dans les médias.

 

Format : 14,5 x 19 cm, 230 pages, 16,90 euros.

En librairie, le 4 octobre 2017

Et si nous aimions nos enfants

Les ados français vont mal ! Le cri d’alerte de la célèbre pédopsychiatre

Alerte_sur_ladolescenceMarie Rose Moro a dirigé l’année dernière une grande étude sur le bien-être et la santé des jeunes en France. À la lumière des résultats, elle lance aujourd’hui avec ce livre une alerte : les jeunes en France ne vont pas bien. 15% d’entre eux traversent de graves difficultés. Une grande proportion (près de 20 %) de jeunes connaissent un épisode dépressif.

On sait aussi que les postes de pédopsychiatrie dans le secteur public ont diminué de 50 % ! L’auteure affirme que l’éducation à la santé, les campagnes de prévention des risques, le repérage des souffrances et la mise en œuvre des soins, s’inscrivent dans le projet national de justice et d’égalité́ des chances porté par notre République.

Elle propose des solutions concrètes pour améliorer cette situation et défend la revendication du bien-être au cœur de la formation de l’individu comme un droit.

 

Marie Rose Moro est pédopsychiatre, psychanalyste. Elle dirige la Maison de Solenn-Maison des adolescents de Cochin. Chef de file de l’ethnopsychanalyse, elle enseigne aussi la psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’Université de la Sorbonne. Elle a publié de nombreux ouvrages parmi lesquels : Nos enfants demain. Pour une société multiculturelle (Odile Jacob, 2010) et aux éditions Bayard, Les ados expliqués à leurs parents (2010) et Enfants de l’immigration, une chance pour l’école (2012). Précédent ouvrage paru chez Bayard : Osons être parents (2016).

 

Format : 14,5 x 19 cm, 250 pages, 16,90 euros.

En librairie, le 27 septembre 2017

Tous éducateurs !

Mieux assumer nos responsabilités éducatives envers les jeunes générations.

Tous_EducateursQuelle est notre responsabilité personnelle dans la crise éducative qui fragilise la France et laisse sur le bord du chemin une part croissante de la jeunesse ? Qu’avons-nous fait pour que tant de talents et d’espérance soient gâchés chaque année ? Et est seulement la faute de l’école ?

Dans ce livre nourri par des expériences de terrain, l’auteur montre comment nous avons délaissé le champ éducatif, avec des propositions fortes et précises, il appelle à une mobilisation générale en montrant comment tous ensemble, parents, citoyens, enseignants, entreprises, associations…, nous pourrions construire « une société éducatrice ».

 

Marc Vannesson, 37 ans, est délégué général de Vers Le Haut, « think tank » entièrement dédié aux jeunes, aux familles et à l’éducation, lancé à l’initiative de plusieurs acteurs engagés en faveur de la jeunesse. Sa vocation est de nourrir le débat public en s’appuyant sur des dispositifs éducatifs efficaces.

 

Format : 12 x 17,6 cm, 150 pages, 12,90 euros.

En librairie, le 20 septembre 2017

On peut tous réussir !

Le tome 2 des œuvres complètes d’un grand pédagogue

On_peut_tous_reussirAntoine de La Garanderie est, avec Maria Montessori, le grand pédagogue de référence pour les éducateurs et enseignants. Il a inventé une pédagogie à partir de la « didactique des actes de connaissance ». Ses études ont porté notamment sur les motifs de la réussite et de l’échec des étudiants, et les processus intervenant dans la réflexion et l’apprentissage.

Il a montré la nécessité d’enseigner aux élèves selon des processus cognitifs précis. Il est le chef de file de ce que l’on a appelé la pédagogie différenciée, qui s’efforce de rendre l’élève acteur de son apprentissage.

Cet ouvrage-somme regroupe tous les textes qu’il a écrits durant sa vie, présentés par des pédagogues contemporains.

Il constitue la seconde partie de ses œuvres complètes, la première ayant été éditée chez Bayard en 213, sous le titre Réussir, ça s’apprend.

 

Antoine de La Garanderie (1920-2010) est l’un des plus grands pédagogues français dont le travail a marqué des générations d’éducateurs et d’enseignants. Il a été professeur de philosophie et de pédagogie à l’Institut catholique de Paris. Il a publié de nombreux ouvrages, dont Réussir, ça s’apprend, chez Bayard, en 2013, qui a été un grand succès.

 

Format : 12,5 x 19 cm, 1330 pages, 29,90 euros.

En librairie, le 1er septembre 2017

Tous les élèves peuvent réussir

Le bilan « sévère mais juste » d’une proviseure engagée. Percutant.

Pour_en_finir_avec_l'échec_scolairePourquoi les grands principes de l’école (éduquer de la même manière l’enfant de PDG et l’enfant d’ouvrier) ont-ils échoué au point qu’aujourd’hui, les inégalités scolaires n’ont jamais été aussi fortes ? Comment vaincre le décrochage ?

Monique Aquilina, refuse de considérer l’échec scolaire comme une fatalité. Et affirme que si tous les élèves ne feront pas Polytechnique, tous ont droit à l’excellence, c’est-à-dire à aller au plus haut de leurs capacités. Selon elle, il n’y a pas d’autre solution que de faire évoluer l’école: valoriser l’innovation pédagogique, le travail en équipe, les capacités extra-scolaires des élèves, repenser le système de notation, etc.

Son atout : elle a déjà mis ses idées en pratique dans l’un des établissements qu’elle a dirigés, le lycée Galilée à Gennevilliers, avec des résultats étonnants. Un livre percutant, qui bouleverse bien des idées reçues.

 

Monique Aquilina est proviseure du lycée Pasteur de Neuilly, après avoir exercé plus de vingt ans en lycée professionnel en Seine Saint Denis. Elle organise de nombreuses conférences sur l’échec scolaire, notamment au Collège des Bernardins à Paris.

 

Format : 14,5 x 19 cm, 260 pages, 16,90 euros.

En librairie, le 1er septembre 2017

La Religion de l’Homme

La nouvelle édition d’un chef d’œuvre de méditation sur l’humanité, à la croisée des cultures.

Issu de conférences données par l’auteur en 1930, La Religion de l’Homme livre la réflexion d’un esprit puissant sur l’homme, l’universel, l’artiste, l’Absolu et s’interroge, en termes très modernes, sur la nature du spirituel.

Loin d’être abstrait, le questionnement de l’auteur prend appui sur son expérience de vie, sa pratique de l’écriture, ses lectures de la littérature religieuse indienne et son intime familiarité avec la poésie inspirée des Fous de Dieu du Bengale, qu’il a côtoyée depuis l’enfance.

Un tel livre ne saurait laisser indifférent le lecteur d’aujourd’hui qui, plongé dans des temps troublés, réfléchit sur sa place dans l’univers.

Il promeut également une société solidaire et autonome, fondée sur la coopération et l’éducation,  qui détermine son propre rythme de croissance.

Rabindranath Tagore (1861 -1941) fut à la fois musicien, romancier, dramaturge, et philosophe indien dont l’œuvre, immense et polymorphe, a eu une profonde influence. Formé à la culture anglaise et occidentale autant qu’à la culture indienne et à la méditation, il a développé des idées pionnières sur la croissance humaine et le développement. Il a été couronné par le prix Nobel de littérature en 1913. Nombre de ses romans et nouvelles ont été adaptés au cinéma, par le cinéaste Satyajit Ray.

Format : 12,3 x 17,8 cm, 150 pages, 13,90 euros.

En librairie, le 22 mars 2017

Vie de Mahomet

Une vie de Mahomet écrite « comme un roman » par un des plus grands écrivains romantiques français et redécouverte par Tahar Ben Jelloun.

Avec cette merveilleuse petite biographie romantique, Lamartine nous fait découvrir cet immense personnage qu’est Mahomet. C’est en poète que Lamartine raconte l’engagement spirituel du prophète de l’islam et lit le Coran, et c’est en romancier et dramaturge qu’il nous fait vivre l’itinéraire de ce « messager ».

Relire aujourd’hui ce texte, c’est paradoxalement faire l’expérience d’un regard neuf et rafraîchissant sur l’histoire de la naissance de l’islam et celle de son fondateur. Pour Lamartine, Mahomet appartient à notre patrimoine spirituel et à notre histoire commune entre Orient et Occident. Comme le souligne merveilleusement l’écrivain Tahar Ben Jelloun dans sa présentation : « A l’époque, l’islam n’était pas confondu avec la violence et la terreur. C’est pour cela qu’il est important de relire cette biographie écrite avec passion et lucidité par un grand poète. »

Alphonse de Lamartine (1790 -1869), poète, romancier, dramaturge et prosateur en même temps qu’un homme politique qui participa à la Révolution de 1848 et proclama la Deuxième République. C’est l’une des grandes figures du romantisme  en France.

Tahar Ben Jelloun est un écrivain marocain, né le 1er décembre 1944 à Fès. Il reçoit en 1987 le prix Goncourt pour son roman La Nuit Sacrée. Il est également membre de l’académie Goncourt depuis 2008.

 

Format : 12,3 x 17,8 cm, 150 pages, 13,90 euros.

En librairie, le 22 mars 2017

Les nouveaux acteurs de l’Islam

Ces musulmans qui se battent pour un islam républicain

Ce livre, fort, plein d’espoir et basé sur des témoignages, veut dire des choses nouvelles sur l’islam. Il veut briser l’écueil qui enferme l’islam dans un discours  apologétique : « c’est une religion de paix qui n’a rien à voir avec les violences commises en son nom » ou un discours polémique : « l’islam porte en lui la violence, on n’en sortira jamais. »

Pour cela, elle a choisi de faire connaître des musulmans pratiquants qui reconnaissent une forme de porosité entre la doctrine musulmane classique et cette violence, rendue possible par le cadre de pensée musulman majoritaire aujourd’hui. Chacun d’eux expose ses convictions sur les impasses de la doctrine actuelle et raconte comment il a pris ses distances avec elle.

On découvre comment ces « acteurs de l’islam », de nationalité, de formation très différentes, ont, chacun à leur manière, élaboré un nouveau rapport au texte, à Dieu et donc aux autres. Conjuguant leur profond attachement à la tradition islamique avec une forme de liberté vis-à-vis d’elle, ils sont présentés comme des exemples pour l’avenir.

Avec la préface de Rachid Benzine.

 

Anne Bénédicte Hoffner est journaliste à La Croix, au service Religion, spécialiste du monde musulman. Les nouveaux acteurs de l’islam est son premier ouvrage.

Format : 14,5 x 19 cm, 190 pages, 16,90 euros.

SAINTS ! 333 vies extraordinaires

Plus de 300 biographies de Saints dont celles, inédites, de nombreuses personnalités modernes.

Cet ouvrage permet de découvrir des récits d’hommes et de femmes à la foi exemplaire, originaires du monde entier, comme sainte Kateri Tekakwitha, fille de chef iroquois !

Les livres sur les vies de saints et de bienheureux sont nombreux, mais peu abordent les saints les plus récents: Jean XXIII, Jean-Paul II, Louis et Zélie Martin, premiers parents à être canonisés, bienheureux Charles de Foucauld, etc.

Depuis le pontificat de Jean-Paul II, le culte des saints s’est considérablement développé. Les canonisations n’ont jamais été aussi nombreuses que depuis les années 1990. Jean-Paul II en a canonisés plus de 2000 !

Un beau livre avec une trentaine de reproductions en couleurs.

 

 

Xavier Lecoeur, journaliste spécialisé en culture et religion, a notamment publié chez Bayard Jeunesse deux biographies, l’une sur Mère Teresa et l’autre sur Jean-Paul II. Il est chroniqueur régulier à la Croix et Prions en Église et s’est spécialisé dans les récits historiques des saints.

Format : 14,5 x 19 cm, 200 pages, 14,90 euros.

12 bonnes raisons de se révolter

Redonner à la révolte un sens positif et spirituel

La révolte est souvent confondue avec le refus violent d’une situation insupportable. Elle a pourtant des visages multiples, du retrait pacifique du monde aux contestations collectives et bruyantes de l’ordre social. Pour André Guigot, la révolte sans la spiritualité se résume à la violence du refus. C’est l’esprit qui élève la révolte en lui donnant un sens. Les résistances silencieuses et nourries de la puissance de la foi (en l’Homme, en la Révélation ou dans la Nature…) transforment lentement l’ordre des choses en ne cédant rien sur les injustices du monde. Des révoltés célèbres sont convoqués ici pour nous servir de guides : Camus, Thoreau, Gandhi, Martin Luther King, Nelson Mandela …

Pour l’auteur, il est urgent de redonner à la révolte un sens spirituel et positif, pour que les refus du racisme, de l’antisémitisme, du sexisme, de l’exploitation humaine sous toutes ses formes ne soient plus mis en avant par la violence mais par un appel renouvelé à la dignité de l’humanité. Cet ouvrage en présente les enjeux et quelques visages, à la manière d’un hommage engagé.

Un texte « grand public », original et percutant.

André Guigot est professeur au Lycée Nicolas Appert d’Orvault, agrégé de philosophie et diplômé du Collège international de philosophie. Spécialiste de Sartre, il anime de nombreuses conférences. Ses livres s’orientent vers les thèmes de la nature et de l’amour. Il a publié notamment Petite philosophie de la passion amoureuse (Milan, 2004) et chez Bayard Qui pense quoi ? (2012) et Pour en finir avec le bonheur (2014).

 

Format : 14,5 x 19 cm, 200 pages, 14,90 euros.

Protestants et Catholiques

Quels désaccords, quelles différences entre catholiques et protestants ?

Pour fêter le cinq centième annivrsaire de la Réforme, événement fondateur du protestantisme, deux personnalités du monde chrétien engagées dans le dialogue œcuménique « s’affrontent » et mettent en lumière les fondements historiques et théologiques de leur propre Église.

 

Avec courtoisie mais sans concession et avec beaucoup de pédagogie, ils discutent de thèmes variés et fondamentaux qui renvoient aussi bien à la foi qu’au dogme et à l’actualité. Un débat passionnant, plein de fougue et d’intelligence.

 

Jean-François Clavairoly est pasteur, président de la Fédération protestante de France depuis 2013. Il a publié en Paroles d’alliance, Dialogue entre un pasteur et un rabbin sur la société française avec Haïm Korsia, grand rabbin de France (François Bourin, 2011).

 

Michel Kubler, est prêtre, théologien, ancien rédacteur en chef de La Croix. Il dirige à Bucarest, le Centre œcuménique Saint Pierre – Saint André. Il a publié chez Bayard en 2014, Petit parcours de foi.

 

Loup Besmond de Senneville est journaliste au service religion du quotidien La Croix. Il a publié chez Bayard en 2014 Chercher Dieu et veiller sur l’homme. Repères pour une éthique chrétienne, avec Xavier Lacroix.

En librairie, le 1er mars 2017.

 

Format : 14,5 x 19 cm, 270 pages, 16,90 euros.

L’Amour en guerre

Un document exceptionnel !

Rien ne prédestinait l’institutrice guadeloupéenne Aimée Jean-Baptiste et l’instituteur parisien Bernard Garigue, à sortir de l’oubli. Jusqu’à ce qu’ils apparaissent dans un ensemble de lettres abandonnées sur une brocante parisienne à la fin des années 2000. Bouleversés par cette correspondance découverte par hasard, les auteurs, Fabien Deshayes et Axel Pohn-Weidinger, qui mènent des recherches sur les écrits intimes, ont voulu redonner vie à ce couple des années 1950 et 1960, en explorant des fonds d’archives et en retrouvant leurs proches.

Leur démarche : non pas pénétrer dans l’intimité de ce couple, mais au contraire en sortir, et faire dialoguer une période historique précise – la guerre d’Algérie – avec une biographie singulière. Au fil de l’enquête, se révèle l’histoire d’une femme enceinte accablée par sa hiérarchie et d’un pacifiste appelé du contingent en Kabylie. Dans les lettres qu’ils s’échangent, le lecteur suit pas à pas leur relation amoureuse marquée par une histoire politique dont nous ne sommes pas encore sortis.

Au croisement de l’histoire intime et de la peinture sociale, c’est un regard inédit sur les Trente Glorieuses et sur la guerre d’Algérie, décrite à travers la voix de ceux dont elle a bouleversé l’existence : les appelés et leur famille.

Fabien Deshayes est sociologue, post-doctorant à l’Université de Genève, dans l’équipe de sociologie de l’éducation (SATIE), associé au Cresppa-Gtm. Ses recherches croisent les questions de la famille, de l’éducation, de la pauvreté et des écritures professionnelles.

 Axel Pohn-Weidinger est sociologue, chercheur à l’université de Göttingen et membre associé au Cresppa-Gtm et au Centre Georg Simmel.  Il s’intéresse aux écritures professionnelles et intimes, à l’Etat social et aux rapports ordinaires au droit.

 

En librairie, le 15 février 2017

Format : 14,5 x 19 cm, 280 pages, 18,90 euros.

Le mystère du mal

À partir du renoncement de Benoît XVI à la papauté, un remarquable essai sur le sens du courage face à l’Histoire.

En accomplissant son « grand refus », Benoît XVI n’a pas fait preuve de lâcheté, mais d’un courage qui prend un sens et une valeur exemplaires. Sa décision attire l’attention sur la distinction entre deux principes essentiels de notre tradition éthico-politique, dont nos sociétés semblent avoir perdu toute conscience : la légitimité et la légalité.

Si la crise que traverse actuellement notre société est si grave et si profonde, c’est parce qu’elle ne met pas seulement en question la légalité des institutions, mais aussi leur légitimité, ni seulement, comme on le répète trop souvent, les règles et les modalités de l’exercice du pouvoir, mais le principe même qui le fonde et le légitime.

Le « mystère du mal » dont parle l’apôtre Paul n’est pas un sombre drame théologique qui retarde la fin des temps,  paralysant et rendant toute action énigmatique et ambiguë, mais un drame historique où chacun est appelé à jouer son rôle sans réserve et sans ambiguïté.

Giorgio Agamben est né en 1942 à Rome, auteur d’une œuvre théorique reconnue et traduite dans le monde entier, c’est un des plus grands philosophes contemporains, spécialiste de Walter Benjamin, Jacob Taubes mais aussi Foucault, Heidegger… Il a longtemps enseigné en Italie et en France. Son œuvre porte sur l’histoire du droit et de l’art, les questions théologiques et politiques, et plus particulièrement sur le sens messianique de l’histoire.

 

En librairie, le 15 février 2017

Format : 12,3 x 17,8 cm, 150 pages, 14,90 euros.

Manifeste d’une jeunesse trahie

Le livre coup de poing de toute une génération

La génération des moins de 35 ans hérite d’un contexte marqué par le chômage et la précarité, et une déperdition de la vie intellectuelle qui nuit à la démocratie et nous empêche de trouver les solutions pour sortir du marasme.

Chez ces jeunes, l’abstention est au plus haut et le Front national est devenu le premier parti des votants. Les deux auteurs dénoncent : notre société est malade. Les raisons de cette évolution se trouvent dans l’héritage de cette jeunesse.

Un héritage qui construit le présent et l’avenir et qui prend pour eux la forme d’une trahison, une pensée unique instillée par un pouvoir qui promeut le conformisme et qui fait fi des valeurs sociales et environnementales.

Les auteurs relèvent dix sujets politico-économiques qui concernent leur génération, ils en critiquent les dogmes établis et proposent, dans une optique progressiste, des alternatives.

Un livre coup-de-poing qui donne des pistes de réflexions aux lecteurs, dont le rôle de citoyen est aujourd’hui questionné.

Mathias Thépot, 29 ans est journaliste économique. Il  a participé à l’ouvrage Mon amie c’est la finance – Comment François Hollande a plié devant les banquiers (Bayard, 2014) et a écrit, avec Michel Rocard, Lettre aux générations futures en espérant qu’elles nous pardonneront (Bayard 2015).

Thomas Golovodas, 32 ans est expert des questions fiscales et budgétaires. Il est par ailleurs militant dans le mouvement Diem25.

 

Format : 14,5 x 19 cm, 190 pages, 14,90 euros.

Mort, où est ta victoire ?

Comment comprendre aujourd’hui la notion de salut ? Un essai brillant rédigé comme une enquête philosophique et spirituelle.

« Mort, où est ta victoire ? » s’exclamait saint Paul dans sa lettre aux Corinthiens. La victoire est autre… Il s’agit d’être sauvé. Mais comment comprendre aujourd’hui cette injonction ? Le salut, une notion périmée ? De quoi aurions-nous à être sauvés, d’ailleurs ?

Denis Moreau nous entraîne dans une enquête passionnante autant théologique que philosophique. Ce livre est une relecture contemporaine de la notion de salut s’appuyant sur des textes philosophiques et religieux. On y croise Moïse, saint Paul et Jésus-Christ, Descartes, Pascal, Spinoza, Nietzsche, Sartre, Wittgenstein mais aussi Kurt Cobain, une publicité pour un gel douche et une description pratique de certains péchés capitaux.

Le thème du salut est beaucoup plus présent dans notre modernité qu’on ne le pense. Ses usages dans la pensée contemporaine sont parfois bien surprenants, et ce parcours plein de rebondissements. Cet essai propose ainsi une véritable philosophie du salut pour aujourd’hui.

Denis Moreau est philosophe, ancien élève de l’École normale supérieure et agrégé de philosophie. Il enseigne à l’université de Nantes. Spécialiste de Descartes, il a dirigé un Dictionnaire des monothéismes (Le Seuil) et publié plusieurs ouvrages dont Les voies du Salut (Bayard, 2010), première version de l’essai Mort, où est ta victoire ?

 

Format : 14,5 x 19 cm, 350 pages, 19,90 euros.

Signaux Sensibles

La pensée est avant tout sensible. Le philosophe Jean-Luc Nancy donne une place centrale aux arts et au corps.

Deux philosophes s’entretiennent sur la situation et sur la signification de l’art aujourd’hui : ce que son nom veut dire désormais, ce que, bien loin d’être un nom désuet, il nous donne à penser de neuf.

La pensée très élaborée de Jean-Luc Nancy sur ce sujet est reprise mais aussi prolongée au cours d’une discussion où Jérôme Lèbre s’interroge avec lui sur la meilleure manière de saisir l’engagement du corps sensible dans l’activité artistique et l’approche des œuvres, la relation de l’art à la technique, à l’histoire, sa modulation en arts traditionnels et nouveaux, sa position actuelle vis-à-vis de la religion, de la politique et de la littérature.

Jean-Luc Nancy est l’un des philosophes les plus importants en Europe et les plus écoutés actuellement. Il est l’auteur d’une centaine d’ouvrages traduits en plusieurs langues et lus bien au-delà du public spécialisé, y compris par les amateurs et les professionnels du monde de l’art.

 Jérôme Lèbre est directeur de programme au Collège international de philosophie où il tient un séminaire régulier articulant art, technique et politique ; auteur de cinq ouvrages où les questions de l’héritage actuel du romantisme et de la transformation de l’art reviennent constamment;c’est dans ce contexte qu’il a rencontré Jean-Luc Nancy.

 

Format : 14,5 x 19 cm, 200 pages, 19,90 euros.

Pour l’amour de Bethléem

Pour la première fois, les confessions d’une éminente personnalité palestinienne : la maire de Bethléem

La devise de Véra Baboun est : « De la souffrance, apprendre à faire naître la grâce. »

 

9782227489363Cette professeure d’université a vu sa vie bouleversée en 1980, lors de l’arrestation de son mari, militant palestinien, par les Israéliens, puis de sa mort. Elle va alors ériger en règle de vie le fait d’emprunter des chemins nouveaux, de relever trois défis : se battre pour son pays, pour sa ville, pour les femmes.

Son héroïne, que lui contait son grand-père, c’est Shéhérazade, qui accomplit son destin grâce au courage, à l’éducation, à la sagesse. Elle veut porter ce combat pour toutes les femmes du monde. En tant que maire de Bethléem, elle sait que les murs qui enferment sa ville risquent d’enfermer les habitants en eux-mêmes, de les transformer en exilés de l’intérieur. Plus on enferme, plus on radicalise. Elle veut elle, briser ces murs. Dans son enfermement, elle arrive à s’adresser à l’humanité entière. Elle se bat pour défendre la vie quotidienne des habitants, négocier sans relâche l’accès à l’eau, à l’électricité, au retraitement des déchets… Si elle reconnaît les points faibles de la société palestinienne, elle est aussi déçue par les grands hommes politiques qui sont venus dans sa ville (Barack Obama, David Cameron…). A l’exception du pape François qui a prononcé des paroles de reconnaissance, celles dont son peuple a besoin.

Véra Baboun, 53 ans, est la première femme maire de Bethléem. Élue en 2012, sur une liste du Fatah, elle est une Palestinienne chrétienne, professeur d’université (littérature anglo-saxonne) et mère de cinq enfants. Cet ouvrage est son premier livre, où elle délivre, de sa petite ville encerclée d’un mur, un regard très espérant.

 

 

Format : 14.5 x 19 cm, 190 pages, 15,90 euros.

Pour l’amour de Jérusalem

9782227489219

L’appel du patriarche de Jérusalem pour les chrétiens de Terre sainte

Le patriarche Fouad Twal  a fait de la défense des chrétiens de Terre sainte son combat. Car cette infime minorité (2% de la population) ne cesse en effet de se réduire, alors que sa valeur symbolique, mais aussi  significative pour la défense du pluralisme religieux en Terre sainte est inestimable.

Alors qu’il vit ses derniers mois comme Patriarche latin de Jérusalem, Mgr Fouad Twal livre un regard lucide, malgré tout empreint d’espérance, et en appelle à la responsabilité aussi bien des acteurs locaux, Israéliens et Palestiniens, qu’internationaux. Il évoque sans détour la question israélienne, la cohabitation difficile entre juifs, chrétiens et musulmans, l’instrumentalisation du religieux, les conflits au Moyen-Orient, l’implication des puissances étrangères, tout en évoquant des voies de dialogue où les chrétiens pourraient avoir un rôle à jouer.

 

Mgr Fouad Twal est né en Jordanie en 1940.  Ordonné prêtre en 1966, il a travaillé successivement au Honduras, à Rome, au Caire, à Berlin et à Lima. Le 30 mai 1992, il est nommé évêque de Tunis. En septembre 2005, le Pape Benoît XVI le nomme archevêque coadjuteur du Patriarche latin de Jérusalem. Il succède à Mgr Michel Sabbah le 21 juin 2008, étant ainsi le deuxième Arabe à devenir Patriarche latin de Jérusalem.

 

 

Format : 14,5 x 19 cm, 200 pages, 14,90 euros.

Ma cuisine, de l’Élysée à l’Antarctique

Les nouvelles aventures culinaires de l’auteure de Carnets de cuisine, du Périgord à l’Elysée

9782227488731

Danièle Mazet-Delpeuch a été la cuisinière personnelle du président François Mitterrand. En 1974, elle invente dans la ferme de son Périgord natal l’idée de la table d’hôtes (des « week-ends foie gras et truffes »), puis elle plaque tout et part à New York où elle entre en contact avec Joël Robuchon, qui va la présenter à François Mitterrand. Elle devient chef des cuisines de l’Élysée en 1988 et cette expérience va donner lieu en 2012 à un film à succès : Les saveurs du palais, avec Catherine Frot.

 
Après l’Elysée, elle cherche à partir le plus loin possible et trouve une mission scientifique sur la base de Saint-Paul-et-Amsterdam (Antarctique), où sa cuisine doit réchauffer le moral des troupes. Elle a connu l’un des lieux les plus isolés du monde, où il fallait faire preuve de patience et d’imagination. Une expérience extraordinaire qu’elle raconte avec humour dans ce livre, en reprenant le journal de bord qu’elle a tenu. Comme dans son précédent ouvrage, elle donne des recettes de cuisine, simples et raffinées, au fil de son récit et propose ainsi un texte d’aventures et de recettes particulièrement original.

 
C’est le deuxième livre de cette grand-mère aventurière, dont les recettes de cuisine donnent aussitôt envie de se mettre aux fourneaux !

 
Danièle Mazet-Delpeuch est une cuisinière atypique et talentueuse de 72 ans. Elle a voyagé dans le monde entier, a vécu en Antarctique et a lancé des truffières en Nouvelle-Zélande. Son premier livre a inspiré le film Les saveurs du palais.

 

 
Format : 14,5 x 21 cm, 300 pages, 18,90 euros.

Au crépuscule des lieux – Préface de Jacques Arènes

9782227489301Révolution numérique : révolution des lieux et des espaces !

Ce nouveau livre de Pierre Giorgini s’attaque au concept probablement le plus fondateur de l’âme humaine : le lieu.

Il explique comment la transition technoscientifique que nous vivons est en train de bouleverser notre rapport aux lieux, aux espaces, au local…

C’est le « crépuscule des lieux » ! Le psychanalyste jacques Arènes, qui signe une très belle postface, écrit : « Nous avons perdu notre toit » !

Associée à un phénomène d’hyper-concentration (capitaux, centres de décision, espaces publics et services…) et l’abolition des frontières, cette révolution nous met devant des choix décisifs pour l’avenir de l’humain.

Pierre Giorgini pense une fois de plus avec talent la transition : comment inventer des « tiers-lieux », des espaces ouverts et fédératifs, qui associent la création en réseaux et l’enracinement local? Il est urgent de travailler à des liens entre le global et le local.

Pierre Giorgini est ingénieur, diplômé de l’Institut National des Télécommunications. Issu du monde de l’entreprise et de l’innovation, il a été directeur délégué de France Télécom Recherche et développement. Il est aujourd’hui Président – Recteur de l’Université Catholique de Lille. Il est l’auteur de La transition fulgurante (Bayard, 2014) et de La fulgurante recréation (Bayard, 2016).

 

 

Format : 14,5 x 19 cm, 460 pages, 19,90 euros.

Mes combats – Préface de Robert Badinter

9782227489370_mes_combatsUn événement : les textes inédits d’une vie d’engagements et de convictions que Simone Veil a souhaité réunir et partager

De 1974 à 2008, de différents postes de ministre à la présidence du Parlement européen et jusqu’au Conseil constitutionnel, Simone Veil a marqué la vie politique française de multiples façons.
Personnalité politique préférée des Français, elle a fondé ses engagements sur les valeurs transmises par ses parents : la tolérance, le respect des droits de chacun et de toutes les identités. Des valeurs humanistes que pour eux le judaïsme incarnait.

Cet ouvrage rassemble les grands discours qu’elle a écrits tout au long de son parcours politique. D’une force et d’une modernité étonnante, qu’ils portent sur l’Europe, les droits des femmes ou la mémoire de la Shoah, ils révèlent une personnalité d’une intelligence aussi extrême que sa sensibilité, qui n’a jamais cessé d’être habitée par le souvenir obsédant des six millions de Juifs exterminés pendant la Seconde guerre mondiale.

 
Le livre est préfacé par Robert Badinter, il contient également une introduction de Jean et Pierre-François Veil, ainsi que des photos, dont beaucoup sont inédites, de Philippe Ledru.

Simone Veil est née à Nice le 13 juillet 1927. Le 30 mars 1944, à 16 ans et demi, elle est arrêtée par la Gestapo. Elle survit à la déportation dans les camps de Drancy, d’Auschwitz-Birkenau et de Bergen-Belsen. Devenue magistrate, elle intègre le gouvernement de Valéry Giscard d’Estaing au poste de ministre de la Santé en 1974. Son projet de loi sur l’IVG qui dépénalise l’avortement est adopté le 29 novembre 1975. De 1979 à 1982, elle est la première présidente du Parlement européen. Elle est ministre des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville dans le gouvernement Édouard Balladur, puis siège au Conseil constitutionnel de 1998 à 2007. Élue à l’Académie française le 20 novembre 2008, elle publie la même année son autobiographie, Une vie (Stock, 2007).

 

Format : 14,5 x 20,5 cm, 480 pages, 19,90 euros.

Bible – Les récits fondateurs

bible-volume

 

 

 

La Bible comme vous ne l’avez encore jamais vue ni lue !

 

 

 

“Pour raconter ces histoires, je me suis inspiré de la Bible, du Talmud, des Pères de l’Eglise et des lectures de poètes et d’écrivains…» Frédéric Boyer

“S’immerger de nouveau dans ces histoires découvertes à l’enfance, ce fut un merveilleux voyage.” Serge Bloch

Une mise en images contemporaines de 35 grands récits de l’Ancien Testament, de la Genèse au Livre de Daniel, faisant appel aux nouvelles façons de dessiner et d’écrire aujourd’hui.

Une création originale fondée sur la rencontre d’un artiste illustrateur et d’un écrivain.

Des histoires immortelles à travers lesquelles se jouent les grandes questions contemporaines de la liberté et de la responsabilité humaines, de la justice et de l’amour, de la guerre et du pouvoir, de l’exil et des migrations…

De nombreux événements accompagneront la sortie du livre : une grande exposition au Cent quatre, du 24 septembre 2016 à janvier 2017, nuit de la Bible au Théâtre Gérard Philippe…

 

Interviews et Grandes questions sur www.bible-recits.com

Format : 21,5 x 30 cm – 530 pages

Prix : 29,90 euros

L’héritage Tibhirine

 

Cardinal Philippe Barbarin, François Cheng, Jean-Pierre Flachaire, Thomas Georgeon, Jean-Marie Lassausse, Claude Rault, Frère Jean-Pierre Schumacher, Leila Tennci, Marc Trévidic, Jean-Paul Vesco

Les témoignages des plus grandes personnalités liées à Tibhirine, avec une préface exceptionnelle du pape François

Le 27 mars 1996, sept moines trappistes étaient enlevés en Algérie. Deux mois plus tard, leur mort a soulevé l’émotion de toute la communauté internationale.

Cette petite communauté de l’Atlas vivant en proximité avec ses voisins algériens est allée jusqu’au bout de l’amitié et de la fidélité à une vie monastique plantée en terre d’islam. Vingt ans après, les « héritiers » de Tibhirine, personnalités diverses, aux regards très différents, mais toutes marquées d’une manière ou d’une autre par cette communauté, témoignent de ce qu’a représenté la présence des moines de Tibhirine et de l’importance, pour aujourd’hui, de cette coexistence fraternelle et respectueuse qui était possible entre le christianisme et l’islam.

 

Cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon,

François Cheng, écrivain de l’académie française

Jean-Pierre Flachaire, prieur du monastère Notre-Dame de l’Atlas à Midelt (Maroc),

Thomas Georgeon, moine cistercien, postulateur de la cause en béatification des 19 religieux (dont les 7 frères de Tibhirine) morts en Algérie,

Jean-Marie Lassausse, prêtre de la Mission de France, chargé de l’administration du monastère de Tibhirine,

Claude Rault, Evêque de Laghouat

Frère Jean-Pierre Schumacher, moine survivant de Tibhirine,

Leila Tennci, philosophe

Marc Trévidic, magistrat, ancien juge d’instruction au pôle antiterrorisme,

Jean-Paul Vesco, dominicain, évêque d’Oran,

Sous la direction de Christophe Henning.

 

Format : 14,5 x 19 cm, 180 pages, 14,90 euros.

Religions et caricatures, Les défis de la représentation

9782227488656.inddFrançois Boespflug

 Des origines de l’art aux « affaires » des caricatures de Mahomet :un livre pour comprendre la crise des religions !

 

Depuis « l’affaire des caricatures de Mahomet », en 2006, et l’assassinat de l’équipe de Charlie Hebdo en 2015, la question des représentations de Dieu est devenue une question brûlante et empoisonnée.

François Bœspflug reprend de fond en comble le dossier des représentations et des caricatures de Dieu dans les trois religions monothéistes. Il étudie la pertinence de la question du blasphème par l’image, les rapports de chacune des religions avec la figure de la divinité, les liens entre représentations et violence.

 

L’auteur démonte les a priori, les ignorances ou les approximations sur l’interdit des images, les représentations du prophète dans l’islam, l’histoire des premières caricatures religieuses, la liberté d’expression…

 

Un livre indispensable pour comprendre la crise que traversent nos sociétés occidentales et les religions face aux pouvoirs et aux dangers des images.

               
François Bœspflug, professeur honoraire à l’université de Strasbourg, est théologien, historien des religions et spécialiste de l’histoire de l’iconographie religieuse. Il est auteur d’ouvrages remarqués sur les représentations de Dieu dans l’art, dont Dieu et ses images (Bayard 2008 et 2011).

 

 

Format : 14,5 x 19 cm, 252 pages, 18,90 euros.

 

La fulgurante recréation

9782227488632.inddPierre Giorgini avec Nicolat Vaillant

Préface d’Erik Orsenna de l’Académie française

Comment nous devons tout recréer à partir des nouveaux schémas coopératifs et convergents de la nouvelle économie numérique

 

« Bien plus qu’une crise, notre monde vit une mutation, une transition fulgurante. «  C’est le credo de l’auteur qui propose dans ce livre, avec Nicolas Vaillant, de nouveaux modèles d’organisation sociale capables de répondre aux défis de la révolution numérique. Il décrit une nouvelle économie de la co-élaboration, de la participation, et de nouveaux schémas d’organisation professionnelle (en écosystèmes), fondés sur l’arborescence, le partage et la cohabitation.

Ce livre bénéficie en outre de l’apport de nombreux spécialistes : économistes, prospectivistes, philosophes…

 

« L’œuvre de Pierre Giorgini ouvre à toutes les disciplines d’immenses perspectives de renouvellement. Nous partageons lui et moi les mêmes passions et les mêmes convictions sur l’évolution de notre société. » Erik Orsenna

 

Pierre Giorgini est ingénieur, diplômé de l’Institut national des télécommunications. Issu du monde de l’entreprise et de l’innovation, il a été directeur délégué de France Télécom Recherche et Développement. Il est aujourd’hui président-recteur de l’Université catholique de Lille. Il est l’auteur de La transition fulgurante (Bayard, 2014).

 

Nicolas Vaillant est vice-président de l’Université catholique de Lille. Membre de Lille économie management (UMR CNRS 9221), il dirige le laboratoire d’anthropologie expérimentale.

 

 

Format : 14,5 x 19 cm, 336 pages, 16,90 euros.