Catégorie dans Société

Collection Les Petites conférences – Les savoirs du monde à la portée de tous

La terre est une marmite de Ryoko Sekiguchi: La nourriture révèle notre lien à notre corps, notre histoire, notre monde. Pour Ryoko Sekiguchi, la terre est une marmite, et on y danse, nous les êtres humains, avec les arbres, les poissons, les animaux, l’eau et les mots pour les nommer, avce pour assaisonnement les grands mystères de la vie et de la mort.

Lire la suite

Cet incroyable besoin de croire

Que devient une société qui, impatiente de s’affranchir de la religion, s’expose au vide et à ses réactions violentes ou irrationnelles ?

9782227493797

 

 

Au cours d’un long dialogue et de textes rassemblés pour la première fois, Julia Kristeva bouleverse nos idées reçues sur le religieux, le spirituel et le christianisme. Elle s’attaque à une question d’actualité : comment penser la place du religieux dans l’individu et nos sociétés post-modernes ? Elle parle librement de son histoire personnelle et des évènements récents (11 septembre, terrorisme, guerre des religions…). On comprend avec elle combien il est surprenant « que nos sociétés sécularisées aient négligé à ce point cet incroyable besoin de croire ».

La nouvelle édition d’un livre qui avait fait date il y a plus de dix ans déjà, revue et augmentée de plusieurs textes importants.

 

 

Julia Kristeva, née en Bulgarie, travaille et vit en France depuis 1966. Linguiste, psychanalyste et écrivain, elle est l’auteur d’une œuvre considérable traduite et étudiée dans le monde entier. Européenne convaincue, plaidant pour une refonte de l’humanisme, elle a reçu de nombreux prix prestigieux : le prix Holberg (2004), le prix Hannah Arendt (2006) et le prix Saint-Simon (2017).


Format : 14,5 x 19 cm, 220 pages, 19,90 euros.

En librairie le 14 février 2018.

Le devoir d’hospitalité

Ne perdons pas notre âme !

Pages de BAYARD COUV EDWY 3

Ce court texte sincère et brûlant est un véritable « J’accuse » contemporain qui  dénonce l’injustice de criminaliser celles et ceux qui se portent au secours des migrants partout en Europe. Rédigé dans l’urgence, il a rencontré un très grand intérêt dans toute l’Europe.

Edwy Plenel a voulu proposer un petit livre accessible au plus grand nombre, très argumenté et précis, pour réveiller les consciences endormies. Il rappelle les valeurs républicaines et européennes de la solidarité et du « vivre ensemble ».

Criminaliser le « secours à autrui »,  comme dans le cas de Cédric Herrou, c’est s’opposer aux « droits imprescriptibles et naturels de l’Homme »  (Déclaration des droits de l’Homme.)

Notre devoir est de « jeter des ponts » et  d’accueillir l’autre homme, si nous ne voulons pas perdre notre âme et notre histoire.

 

 

Edwy Plenel, né en 1952, est journaliste depuis 1976. Ancien directeur du Monde, il a depuis cofondé le site Mediapart qui a ouvert le 16 mars 2008, et qui a joué un rôle-clé dans la révélation de nombreuses affaires (Bettencourt, Cahuzac, Panama…) Auteur de nombreux livres à succès, il a été lauréat du prix Médicis essai.

Format : 12,5 x 20,5 cm, 40 pages, 3,50 euros.

En librairie le 8 novembre 2017

Le baiser du ramadan

Un récit personnel et poignant sur la mixité dans le couple

9782227492271Une musulmane ne peut pas tomber amoureuse d’un non-musulman. C’est comme de dire « ma sœur est tombée amoureuse d’un dauphin » ou « ma sœur est tombée amoureuse d’une chaise ».

 En famille comme sur les réseaux sociaux, Myriam Blal n’a tout d’abord rencontré qu’incompréhension et refus quand elle a annoncé son intention d’épouser Maxime, un chrétien.  Dans ce témoignage sensible et passionnant, elle raconte son combat pour faire accepter leur amour.

Le témoignage profondément original d’une jeune journaliste d’origine tunisienne sur une réalité contemporaine.

Myriam Blal, 33 ans, vit à Nantes. Elle est journaliste et rédactrice indépendante. Elle a notamment collaboré au Courrier de l’Atlas et à la revue XXI.

 

 

 

Format : 14,5 x 19 cm, 170 pages, 16,90 euros.

Le geste de transmettre

Pourquoi la transmission est-elle devenue le sujet intime et collectif le plus important de nos jours ?

TransmettreEt si réussir sa vie, c’était aussi savoir transmettre ? S’interroger sur le rôle et la place de la transmission dans nos existences ? Nathalie Sarthou-Lajus s’interroge sur la transmission comme philosophe, mais aussi comme mère, femme, et citoyenne.

Son livre est à la fois un essai brillant et profond sur l’héritage, nécessaire mais parfois terriblement encombrant, ou absent, et un témoignage intime sur le lien entre les générations, l’oubli et la mémoire des familles, des communautés.

Ce livre poursuit son travail de réflexion sur la manière dont chacun d’entre nous vivons nos vies et comment nous pouvons tenter de mieux vivre.

 

Nathalie Sarthou-Lajus est rédactrice en chef adjointe de la revue Etudes depuis 2007. Philosophe, elle a publié Sauver nos vies chez Albin Michel en 2013 ainsi qu’un Éloge de la dette (PUF, 2012), et avec le romancier Alexis Jenni, Une vie simple (Albin Michel), biographie du moine italien Enzo Bianchi.

 

Format : 12 x 17,6 cm, 150 pages, 14,90 euros.

En librairie, le 20 septembre 2017

Tous malades des antibiotiques

Les antibiotiques font de plus en plus de victimes !

Tous_malades_des_antibioLa résistance des bactéries aux antibiotiques fait aujourd’hui 15000 morts par an en Europe (maladies nosocomiales, infections diverse…).
Si rien ne change, des opérations chirurgicales bénignes pourront s’avérer mortelles d’ici quelques années. Ce phénomène a plusieurs causes, dont la principale est une surconsommation d’antibiotiques par l’industrie agro-alimentaire (pour les élevages industriels de porcs, volailles, poissons…) qui transmettent ensuite à l’homme les bactéries résistantes. Le propos du professeur Andremont n’est ni culpabilisant, ni pessimiste : il lance une alerte et défend l’idée que les antibiotiques doivent être utilisés de façon plus « écologique », c’est-à-dire être considérés comme une denrée limitée que l’on doit gérer intelligemment.

Journée européenne des antibiotiques le 18 novembre 2017.

 

Antoine Andremont est l’un des grands experts internationaux dans le domaine de l’étude de la résistance des bactéries aux antibiotiques. Professeur à la faculté de médecine de l’Université Paris-Diderot et chef du service de bactériologie de l’hôpital Bichat-Claude-Bernard, il effectue des missions régulières pour l’OMS. Il a publié en 2010, Le triomphe des bactéries : la fin des antibiotiques ? (Max Milo) et Antibiotiques, le naufrage (Bayard, 2014). Il intervient fréquemment dans les médias.

 

Format : 14,5 x 19 cm, 230 pages, 16,90 euros.

En librairie, le 4 octobre 2017

Et si nous aimions nos enfants

Les ados français vont mal ! Le cri d’alerte de la célèbre pédopsychiatre

Alerte_sur_ladolescenceMarie Rose Moro a dirigé l’année dernière une grande étude sur le bien-être et la santé des jeunes en France. À la lumière des résultats, elle lance aujourd’hui avec ce livre une alerte : les jeunes en France ne vont pas bien. 15% d’entre eux traversent de graves difficultés. Une grande proportion (près de 20 %) de jeunes connaissent un épisode dépressif.

On sait aussi que les postes de pédopsychiatrie dans le secteur public ont diminué de 50 % ! L’auteure affirme que l’éducation à la santé, les campagnes de prévention des risques, le repérage des souffrances et la mise en œuvre des soins, s’inscrivent dans le projet national de justice et d’égalité́ des chances porté par notre République.

Elle propose des solutions concrètes pour améliorer cette situation et défend la revendication du bien-être au cœur de la formation de l’individu comme un droit.

 

Marie Rose Moro est pédopsychiatre, psychanalyste. Elle dirige la Maison de Solenn-Maison des adolescents de Cochin. Chef de file de l’ethnopsychanalyse, elle enseigne aussi la psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’Université de la Sorbonne. Elle a publié de nombreux ouvrages parmi lesquels : Nos enfants demain. Pour une société multiculturelle (Odile Jacob, 2010) et aux éditions Bayard, Les ados expliqués à leurs parents (2010) et Enfants de l’immigration, une chance pour l’école (2012). Précédent ouvrage paru chez Bayard : Osons être parents (2016).

 

Format : 14,5 x 19 cm, 250 pages, 16,90 euros.

En librairie, le 27 septembre 2017

Tous éducateurs !

Mieux assumer nos responsabilités éducatives envers les jeunes générations.

Tous_EducateursQuelle est notre responsabilité personnelle dans la crise éducative qui fragilise la France et laisse sur le bord du chemin une part croissante de la jeunesse ? Qu’avons-nous fait pour que tant de talents et d’espérance soient gâchés chaque année ? Et est seulement la faute de l’école ?

Dans ce livre nourri par des expériences de terrain, l’auteur montre comment nous avons délaissé le champ éducatif, avec des propositions fortes et précises, il appelle à une mobilisation générale en montrant comment tous ensemble, parents, citoyens, enseignants, entreprises, associations…, nous pourrions construire « une société éducatrice ».

 

Marc Vannesson, 37 ans, est délégué général de Vers Le Haut, « think tank » entièrement dédié aux jeunes, aux familles et à l’éducation, lancé à l’initiative de plusieurs acteurs engagés en faveur de la jeunesse. Sa vocation est de nourrir le débat public en s’appuyant sur des dispositifs éducatifs efficaces.

 

Format : 12 x 17,6 cm, 150 pages, 12,90 euros.

En librairie, le 20 septembre 2017

On peut tous réussir !

Le tome 2 des œuvres complètes d’un grand pédagogue

On_peut_tous_reussirAntoine de La Garanderie est, avec Maria Montessori, le grand pédagogue de référence pour les éducateurs et enseignants. Il a inventé une pédagogie à partir de la « didactique des actes de connaissance ». Ses études ont porté notamment sur les motifs de la réussite et de l’échec des étudiants, et les processus intervenant dans la réflexion et l’apprentissage.

Il a montré la nécessité d’enseigner aux élèves selon des processus cognitifs précis. Il est le chef de file de ce que l’on a appelé la pédagogie différenciée, qui s’efforce de rendre l’élève acteur de son apprentissage.

Cet ouvrage-somme regroupe tous les textes qu’il a écrits durant sa vie, présentés par des pédagogues contemporains.

Il constitue la seconde partie de ses œuvres complètes, la première ayant été éditée chez Bayard en 213, sous le titre Réussir, ça s’apprend.

 

Antoine de La Garanderie (1920-2010) est l’un des plus grands pédagogues français dont le travail a marqué des générations d’éducateurs et d’enseignants. Il a été professeur de philosophie et de pédagogie à l’Institut catholique de Paris. Il a publié de nombreux ouvrages, dont Réussir, ça s’apprend, chez Bayard, en 2013, qui a été un grand succès.

 

Format : 12,5 x 19 cm, 1330 pages, 29,90 euros.

En librairie, le 1er septembre 2017

Tous les élèves peuvent réussir

Le bilan « sévère mais juste » d’une proviseure engagée. Percutant.

Pour_en_finir_avec_l'échec_scolairePourquoi les grands principes de l’école (éduquer de la même manière l’enfant de PDG et l’enfant d’ouvrier) ont-ils échoué au point qu’aujourd’hui, les inégalités scolaires n’ont jamais été aussi fortes ? Comment vaincre le décrochage ?

Monique Aquilina, refuse de considérer l’échec scolaire comme une fatalité. Et affirme que si tous les élèves ne feront pas Polytechnique, tous ont droit à l’excellence, c’est-à-dire à aller au plus haut de leurs capacités. Selon elle, il n’y a pas d’autre solution que de faire évoluer l’école: valoriser l’innovation pédagogique, le travail en équipe, les capacités extra-scolaires des élèves, repenser le système de notation, etc.

Son atout : elle a déjà mis ses idées en pratique dans l’un des établissements qu’elle a dirigés, le lycée Galilée à Gennevilliers, avec des résultats étonnants. Un livre percutant, qui bouleverse bien des idées reçues.

 

Monique Aquilina est proviseure du lycée Pasteur de Neuilly, après avoir exercé plus de vingt ans en lycée professionnel en Seine Saint Denis. Elle organise de nombreuses conférences sur l’échec scolaire, notamment au Collège des Bernardins à Paris.

 

Format : 14,5 x 19 cm, 260 pages, 16,90 euros.

En librairie, le 1er septembre 2017

Les nouveaux acteurs de l’Islam

Ces musulmans qui se battent pour un islam républicain

Ce livre, fort, plein d’espoir et basé sur des témoignages, veut dire des choses nouvelles sur l’islam. Il veut briser l’écueil qui enferme l’islam dans un discours  apologétique : « c’est une religion de paix qui n’a rien à voir avec les violences commises en son nom » ou un discours polémique : « l’islam porte en lui la violence, on n’en sortira jamais. »

Pour cela, elle a choisi de faire connaître des musulmans pratiquants qui reconnaissent une forme de porosité entre la doctrine musulmane classique et cette violence, rendue possible par le cadre de pensée musulman majoritaire aujourd’hui. Chacun d’eux expose ses convictions sur les impasses de la doctrine actuelle et raconte comment il a pris ses distances avec elle.

On découvre comment ces « acteurs de l’islam », de nationalité, de formation très différentes, ont, chacun à leur manière, élaboré un nouveau rapport au texte, à Dieu et donc aux autres. Conjuguant leur profond attachement à la tradition islamique avec une forme de liberté vis-à-vis d’elle, ils sont présentés comme des exemples pour l’avenir.

Avec la préface de Rachid Benzine.

 

Anne Bénédicte Hoffner est journaliste à La Croix, au service Religion, spécialiste du monde musulman. Les nouveaux acteurs de l’islam est son premier ouvrage.

Format : 14,5 x 19 cm, 190 pages, 16,90 euros.