Cet incroyable besoin de croire

Que devient une société qui, impatiente de s’affranchir de la religion, s’expose au vide et à ses réactions violentes ou irrationnelles ?

9782227493797

 

 

Au cours d’un long dialogue et de textes rassemblés pour la première fois, Julia Kristeva bouleverse nos idées reçues sur le religieux, le spirituel et le christianisme. Elle s’attaque à une question d’actualité : comment penser la place du religieux dans l’individu et nos sociétés post-modernes ? Elle parle librement de son histoire personnelle et des évènements récents (11 septembre, terrorisme, guerre des religions…). On comprend avec elle combien il est surprenant « que nos sociétés sécularisées aient négligé à ce point cet incroyable besoin de croire ».

La nouvelle édition d’un livre qui avait fait date il y a plus de dix ans déjà, revue et augmentée de plusieurs textes importants.

 

 

Julia Kristeva, née en Bulgarie, travaille et vit en France depuis 1966. Linguiste, psychanalyste et écrivain, elle est l’auteur d’une œuvre considérable traduite et étudiée dans le monde entier. Européenne convaincue, plaidant pour une refonte de l’humanisme, elle a reçu de nombreux prix prestigieux : le prix Holberg (2004), le prix Hannah Arendt (2006) et le prix Saint-Simon (2017).


Format : 14,5 x 19 cm, 220 pages, 19,90 euros.

En librairie le 14 février 2018.

Le devoir d’hospitalité

Ne perdons pas notre âme !

Pages de BAYARD COUV EDWY 3

Ce court texte sincère et brûlant est un véritable « J’accuse » contemporain qui  dénonce l’injustice de criminaliser celles et ceux qui se portent au secours des migrants partout en Europe. Rédigé dans l’urgence, il a rencontré un très grand intérêt dans toute l’Europe.

Edwy Plenel a voulu proposer un petit livre accessible au plus grand nombre, très argumenté et précis, pour réveiller les consciences endormies. Il rappelle les valeurs républicaines et européennes de la solidarité et du « vivre ensemble ».

Criminaliser le « secours à autrui »,  comme dans le cas de Cédric Herrou, c’est s’opposer aux « droits imprescriptibles et naturels de l’Homme »  (Déclaration des droits de l’Homme.)

Notre devoir est de « jeter des ponts » et  d’accueillir l’autre homme, si nous ne voulons pas perdre notre âme et notre histoire.

 

 

Edwy Plenel, né en 1952, est journaliste depuis 1976. Ancien directeur du Monde, il a depuis cofondé le site Mediapart qui a ouvert le 16 mars 2008, et qui a joué un rôle-clé dans la révélation de nombreuses affaires (Bettencourt, Cahuzac, Panama…) Auteur de nombreux livres à succès, il a été lauréat du prix Médicis essai.

Format : 12,5 x 20,5 cm, 40 pages, 3,50 euros.

En librairie le 8 novembre 2017

Le baiser du ramadan

Un récit personnel et poignant sur la mixité dans le couple

9782227492271Une musulmane ne peut pas tomber amoureuse d’un non-musulman. C’est comme de dire « ma sœur est tombée amoureuse d’un dauphin » ou « ma sœur est tombée amoureuse d’une chaise ».

 En famille comme sur les réseaux sociaux, Myriam Blal n’a tout d’abord rencontré qu’incompréhension et refus quand elle a annoncé son intention d’épouser Maxime, un chrétien.  Dans ce témoignage sensible et passionnant, elle raconte son combat pour faire accepter leur amour.

Le témoignage profondément original d’une jeune journaliste d’origine tunisienne sur une réalité contemporaine.

Myriam Blal, 33 ans, vit à Nantes. Elle est journaliste et rédactrice indépendante. Elle a notamment collaboré au Courrier de l’Atlas et à la revue XXI.

 

 

 

Format : 14,5 x 19 cm, 170 pages, 16,90 euros.

Le geste de transmettre

Pourquoi la transmission est-elle devenue le sujet intime et collectif le plus important de nos jours ?

TransmettreEt si réussir sa vie, c’était aussi savoir transmettre ? S’interroger sur le rôle et la place de la transmission dans nos existences ? Nathalie Sarthou-Lajus s’interroge sur la transmission comme philosophe, mais aussi comme mère, femme, et citoyenne.

Son livre est à la fois un essai brillant et profond sur l’héritage, nécessaire mais parfois terriblement encombrant, ou absent, et un témoignage intime sur le lien entre les générations, l’oubli et la mémoire des familles, des communautés.

Ce livre poursuit son travail de réflexion sur la manière dont chacun d’entre nous vivons nos vies et comment nous pouvons tenter de mieux vivre.

 

Nathalie Sarthou-Lajus est rédactrice en chef adjointe de la revue Etudes depuis 2007. Philosophe, elle a publié Sauver nos vies chez Albin Michel en 2013 ainsi qu’un Éloge de la dette (PUF, 2012), et avec le romancier Alexis Jenni, Une vie simple (Albin Michel), biographie du moine italien Enzo Bianchi.

 

Format : 12 x 17,6 cm, 150 pages, 14,90 euros.

En librairie, le 20 septembre 2017

Tous malades des antibiotiques

Les antibiotiques font de plus en plus de victimes !

Tous_malades_des_antibioLa résistance des bactéries aux antibiotiques fait aujourd’hui 15000 morts par an en Europe (maladies nosocomiales, infections diverse…).
Si rien ne change, des opérations chirurgicales bénignes pourront s’avérer mortelles d’ici quelques années. Ce phénomène a plusieurs causes, dont la principale est une surconsommation d’antibiotiques par l’industrie agro-alimentaire (pour les élevages industriels de porcs, volailles, poissons…) qui transmettent ensuite à l’homme les bactéries résistantes. Le propos du professeur Andremont n’est ni culpabilisant, ni pessimiste : il lance une alerte et défend l’idée que les antibiotiques doivent être utilisés de façon plus « écologique », c’est-à-dire être considérés comme une denrée limitée que l’on doit gérer intelligemment.

Journée européenne des antibiotiques le 18 novembre 2017.

 

Antoine Andremont est l’un des grands experts internationaux dans le domaine de l’étude de la résistance des bactéries aux antibiotiques. Professeur à la faculté de médecine de l’Université Paris-Diderot et chef du service de bactériologie de l’hôpital Bichat-Claude-Bernard, il effectue des missions régulières pour l’OMS. Il a publié en 2010, Le triomphe des bactéries : la fin des antibiotiques ? (Max Milo) et Antibiotiques, le naufrage (Bayard, 2014). Il intervient fréquemment dans les médias.

 

Format : 14,5 x 19 cm, 230 pages, 16,90 euros.

En librairie, le 4 octobre 2017

Et si nous aimions nos enfants

Les ados français vont mal ! Le cri d’alerte de la célèbre pédopsychiatre

Alerte_sur_ladolescenceMarie Rose Moro a dirigé l’année dernière une grande étude sur le bien-être et la santé des jeunes en France. À la lumière des résultats, elle lance aujourd’hui avec ce livre une alerte : les jeunes en France ne vont pas bien. 15% d’entre eux traversent de graves difficultés. Une grande proportion (près de 20 %) de jeunes connaissent un épisode dépressif.

On sait aussi que les postes de pédopsychiatrie dans le secteur public ont diminué de 50 % ! L’auteure affirme que l’éducation à la santé, les campagnes de prévention des risques, le repérage des souffrances et la mise en œuvre des soins, s’inscrivent dans le projet national de justice et d’égalité́ des chances porté par notre République.

Elle propose des solutions concrètes pour améliorer cette situation et défend la revendication du bien-être au cœur de la formation de l’individu comme un droit.

 

Marie Rose Moro est pédopsychiatre, psychanalyste. Elle dirige la Maison de Solenn-Maison des adolescents de Cochin. Chef de file de l’ethnopsychanalyse, elle enseigne aussi la psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’Université de la Sorbonne. Elle a publié de nombreux ouvrages parmi lesquels : Nos enfants demain. Pour une société multiculturelle (Odile Jacob, 2010) et aux éditions Bayard, Les ados expliqués à leurs parents (2010) et Enfants de l’immigration, une chance pour l’école (2012). Précédent ouvrage paru chez Bayard : Osons être parents (2016).

 

Format : 14,5 x 19 cm, 250 pages, 16,90 euros.

En librairie, le 27 septembre 2017

Tous éducateurs !

Mieux assumer nos responsabilités éducatives envers les jeunes générations.

Tous_EducateursQuelle est notre responsabilité personnelle dans la crise éducative qui fragilise la France et laisse sur le bord du chemin une part croissante de la jeunesse ? Qu’avons-nous fait pour que tant de talents et d’espérance soient gâchés chaque année ? Et est seulement la faute de l’école ?

Dans ce livre nourri par des expériences de terrain, l’auteur montre comment nous avons délaissé le champ éducatif, avec des propositions fortes et précises, il appelle à une mobilisation générale en montrant comment tous ensemble, parents, citoyens, enseignants, entreprises, associations…, nous pourrions construire « une société éducatrice ».

 

Marc Vannesson, 37 ans, est délégué général de Vers Le Haut, « think tank » entièrement dédié aux jeunes, aux familles et à l’éducation, lancé à l’initiative de plusieurs acteurs engagés en faveur de la jeunesse. Sa vocation est de nourrir le débat public en s’appuyant sur des dispositifs éducatifs efficaces.

 

Format : 12 x 17,6 cm, 150 pages, 12,90 euros.

En librairie, le 20 septembre 2017

On peut tous réussir !

Le tome 2 des œuvres complètes d’un grand pédagogue

On_peut_tous_reussirAntoine de La Garanderie est, avec Maria Montessori, le grand pédagogue de référence pour les éducateurs et enseignants. Il a inventé une pédagogie à partir de la « didactique des actes de connaissance ». Ses études ont porté notamment sur les motifs de la réussite et de l’échec des étudiants, et les processus intervenant dans la réflexion et l’apprentissage.

Il a montré la nécessité d’enseigner aux élèves selon des processus cognitifs précis. Il est le chef de file de ce que l’on a appelé la pédagogie différenciée, qui s’efforce de rendre l’élève acteur de son apprentissage.

Cet ouvrage-somme regroupe tous les textes qu’il a écrits durant sa vie, présentés par des pédagogues contemporains.

Il constitue la seconde partie de ses œuvres complètes, la première ayant été éditée chez Bayard en 213, sous le titre Réussir, ça s’apprend.

 

Antoine de La Garanderie (1920-2010) est l’un des plus grands pédagogues français dont le travail a marqué des générations d’éducateurs et d’enseignants. Il a été professeur de philosophie et de pédagogie à l’Institut catholique de Paris. Il a publié de nombreux ouvrages, dont Réussir, ça s’apprend, chez Bayard, en 2013, qui a été un grand succès.

 

Format : 12,5 x 19 cm, 1330 pages, 29,90 euros.

En librairie, le 1er septembre 2017

Tous les élèves peuvent réussir

Le bilan « sévère mais juste » d’une proviseure engagée. Percutant.

Pour_en_finir_avec_l'échec_scolairePourquoi les grands principes de l’école (éduquer de la même manière l’enfant de PDG et l’enfant d’ouvrier) ont-ils échoué au point qu’aujourd’hui, les inégalités scolaires n’ont jamais été aussi fortes ? Comment vaincre le décrochage ?

Monique Aquilina, refuse de considérer l’échec scolaire comme une fatalité. Et affirme que si tous les élèves ne feront pas Polytechnique, tous ont droit à l’excellence, c’est-à-dire à aller au plus haut de leurs capacités. Selon elle, il n’y a pas d’autre solution que de faire évoluer l’école: valoriser l’innovation pédagogique, le travail en équipe, les capacités extra-scolaires des élèves, repenser le système de notation, etc.

Son atout : elle a déjà mis ses idées en pratique dans l’un des établissements qu’elle a dirigés, le lycée Galilée à Gennevilliers, avec des résultats étonnants. Un livre percutant, qui bouleverse bien des idées reçues.

 

Monique Aquilina est proviseure du lycée Pasteur de Neuilly, après avoir exercé plus de vingt ans en lycée professionnel en Seine Saint Denis. Elle organise de nombreuses conférences sur l’échec scolaire, notamment au Collège des Bernardins à Paris.

 

Format : 14,5 x 19 cm, 260 pages, 16,90 euros.

En librairie, le 1er septembre 2017

Les nouveaux acteurs de l’Islam

Ces musulmans qui se battent pour un islam républicain

Ce livre, fort, plein d’espoir et basé sur des témoignages, veut dire des choses nouvelles sur l’islam. Il veut briser l’écueil qui enferme l’islam dans un discours  apologétique : « c’est une religion de paix qui n’a rien à voir avec les violences commises en son nom » ou un discours polémique : « l’islam porte en lui la violence, on n’en sortira jamais. »

Pour cela, elle a choisi de faire connaître des musulmans pratiquants qui reconnaissent une forme de porosité entre la doctrine musulmane classique et cette violence, rendue possible par le cadre de pensée musulman majoritaire aujourd’hui. Chacun d’eux expose ses convictions sur les impasses de la doctrine actuelle et raconte comment il a pris ses distances avec elle.

On découvre comment ces « acteurs de l’islam », de nationalité, de formation très différentes, ont, chacun à leur manière, élaboré un nouveau rapport au texte, à Dieu et donc aux autres. Conjuguant leur profond attachement à la tradition islamique avec une forme de liberté vis-à-vis d’elle, ils sont présentés comme des exemples pour l’avenir.

Avec la préface de Rachid Benzine.

 

Anne Bénédicte Hoffner est journaliste à La Croix, au service Religion, spécialiste du monde musulman. Les nouveaux acteurs de l’islam est son premier ouvrage.

Format : 14,5 x 19 cm, 190 pages, 16,90 euros.

12 bonnes raisons de se révolter

Redonner à la révolte un sens positif et spirituel

La révolte est souvent confondue avec le refus violent d’une situation insupportable. Elle a pourtant des visages multiples, du retrait pacifique du monde aux contestations collectives et bruyantes de l’ordre social. Pour André Guigot, la révolte sans la spiritualité se résume à la violence du refus. C’est l’esprit qui élève la révolte en lui donnant un sens. Les résistances silencieuses et nourries de la puissance de la foi (en l’Homme, en la Révélation ou dans la Nature…) transforment lentement l’ordre des choses en ne cédant rien sur les injustices du monde. Des révoltés célèbres sont convoqués ici pour nous servir de guides : Camus, Thoreau, Gandhi, Martin Luther King, Nelson Mandela …

Pour l’auteur, il est urgent de redonner à la révolte un sens spirituel et positif, pour que les refus du racisme, de l’antisémitisme, du sexisme, de l’exploitation humaine sous toutes ses formes ne soient plus mis en avant par la violence mais par un appel renouvelé à la dignité de l’humanité. Cet ouvrage en présente les enjeux et quelques visages, à la manière d’un hommage engagé.

Un texte « grand public », original et percutant.

André Guigot est professeur au Lycée Nicolas Appert d’Orvault, agrégé de philosophie et diplômé du Collège international de philosophie. Spécialiste de Sartre, il anime de nombreuses conférences. Ses livres s’orientent vers les thèmes de la nature et de l’amour. Il a publié notamment Petite philosophie de la passion amoureuse (Milan, 2004) et chez Bayard Qui pense quoi ? (2012) et Pour en finir avec le bonheur (2014).

 

Format : 14,5 x 19 cm, 200 pages, 14,90 euros.

Protestants et Catholiques

Quels désaccords, quelles différences entre catholiques et protestants ?

Pour fêter le cinq centième annivrsaire de la Réforme, événement fondateur du protestantisme, deux personnalités du monde chrétien engagées dans le dialogue œcuménique « s’affrontent » et mettent en lumière les fondements historiques et théologiques de leur propre Église.

 

Avec courtoisie mais sans concession et avec beaucoup de pédagogie, ils discutent de thèmes variés et fondamentaux qui renvoient aussi bien à la foi qu’au dogme et à l’actualité. Un débat passionnant, plein de fougue et d’intelligence.

 

Jean-François Clavairoly est pasteur, président de la Fédération protestante de France depuis 2013. Il a publié en Paroles d’alliance, Dialogue entre un pasteur et un rabbin sur la société française avec Haïm Korsia, grand rabbin de France (François Bourin, 2011).

 

Michel Kubler, est prêtre, théologien, ancien rédacteur en chef de La Croix. Il dirige à Bucarest, le Centre œcuménique Saint Pierre – Saint André. Il a publié chez Bayard en 2014, Petit parcours de foi.

 

Loup Besmond de Senneville est journaliste au service religion du quotidien La Croix. Il a publié chez Bayard en 2014 Chercher Dieu et veiller sur l’homme. Repères pour une éthique chrétienne, avec Xavier Lacroix.

En librairie, le 1er mars 2017.

 

Format : 14,5 x 19 cm, 270 pages, 16,90 euros.

L’Amour en guerre

Un document exceptionnel !

Rien ne prédestinait l’institutrice guadeloupéenne Aimée Jean-Baptiste et l’instituteur parisien Bernard Garigue, à sortir de l’oubli. Jusqu’à ce qu’ils apparaissent dans un ensemble de lettres abandonnées sur une brocante parisienne à la fin des années 2000. Bouleversés par cette correspondance découverte par hasard, les auteurs, Fabien Deshayes et Axel Pohn-Weidinger, qui mènent des recherches sur les écrits intimes, ont voulu redonner vie à ce couple des années 1950 et 1960, en explorant des fonds d’archives et en retrouvant leurs proches.

Leur démarche : non pas pénétrer dans l’intimité de ce couple, mais au contraire en sortir, et faire dialoguer une période historique précise – la guerre d’Algérie – avec une biographie singulière. Au fil de l’enquête, se révèle l’histoire d’une femme enceinte accablée par sa hiérarchie et d’un pacifiste appelé du contingent en Kabylie. Dans les lettres qu’ils s’échangent, le lecteur suit pas à pas leur relation amoureuse marquée par une histoire politique dont nous ne sommes pas encore sortis.

Au croisement de l’histoire intime et de la peinture sociale, c’est un regard inédit sur les Trente Glorieuses et sur la guerre d’Algérie, décrite à travers la voix de ceux dont elle a bouleversé l’existence : les appelés et leur famille.

Fabien Deshayes est sociologue, post-doctorant à l’Université de Genève, dans l’équipe de sociologie de l’éducation (SATIE), associé au Cresppa-Gtm. Ses recherches croisent les questions de la famille, de l’éducation, de la pauvreté et des écritures professionnelles.

 Axel Pohn-Weidinger est sociologue, chercheur à l’université de Göttingen et membre associé au Cresppa-Gtm et au Centre Georg Simmel.  Il s’intéresse aux écritures professionnelles et intimes, à l’Etat social et aux rapports ordinaires au droit.

 

En librairie, le 15 février 2017

Format : 14,5 x 19 cm, 280 pages, 18,90 euros.

Le mystère du mal

À partir du renoncement de Benoît XVI à la papauté, un remarquable essai sur le sens du courage face à l’Histoire.

En accomplissant son « grand refus », Benoît XVI n’a pas fait preuve de lâcheté, mais d’un courage qui prend un sens et une valeur exemplaires. Sa décision attire l’attention sur la distinction entre deux principes essentiels de notre tradition éthico-politique, dont nos sociétés semblent avoir perdu toute conscience : la légitimité et la légalité.

Si la crise que traverse actuellement notre société est si grave et si profonde, c’est parce qu’elle ne met pas seulement en question la légalité des institutions, mais aussi leur légitimité, ni seulement, comme on le répète trop souvent, les règles et les modalités de l’exercice du pouvoir, mais le principe même qui le fonde et le légitime.

Le « mystère du mal » dont parle l’apôtre Paul n’est pas un sombre drame théologique qui retarde la fin des temps,  paralysant et rendant toute action énigmatique et ambiguë, mais un drame historique où chacun est appelé à jouer son rôle sans réserve et sans ambiguïté.

Giorgio Agamben est né en 1942 à Rome, auteur d’une œuvre théorique reconnue et traduite dans le monde entier, c’est un des plus grands philosophes contemporains, spécialiste de Walter Benjamin, Jacob Taubes mais aussi Foucault, Heidegger… Il a longtemps enseigné en Italie et en France. Son œuvre porte sur l’histoire du droit et de l’art, les questions théologiques et politiques, et plus particulièrement sur le sens messianique de l’histoire.

 

En librairie, le 15 février 2017

Format : 12,3 x 17,8 cm, 150 pages, 14,90 euros.

Manifeste d’une jeunesse trahie

Le livre coup de poing de toute une génération

La génération des moins de 35 ans hérite d’un contexte marqué par le chômage et la précarité, et une déperdition de la vie intellectuelle qui nuit à la démocratie et nous empêche de trouver les solutions pour sortir du marasme.

Chez ces jeunes, l’abstention est au plus haut et le Front national est devenu le premier parti des votants. Les deux auteurs dénoncent : notre société est malade. Les raisons de cette évolution se trouvent dans l’héritage de cette jeunesse.

Un héritage qui construit le présent et l’avenir et qui prend pour eux la forme d’une trahison, une pensée unique instillée par un pouvoir qui promeut le conformisme et qui fait fi des valeurs sociales et environnementales.

Les auteurs relèvent dix sujets politico-économiques qui concernent leur génération, ils en critiquent les dogmes établis et proposent, dans une optique progressiste, des alternatives.

Un livre coup-de-poing qui donne des pistes de réflexions aux lecteurs, dont le rôle de citoyen est aujourd’hui questionné.

Mathias Thépot, 29 ans est journaliste économique. Il  a participé à l’ouvrage Mon amie c’est la finance – Comment François Hollande a plié devant les banquiers (Bayard, 2014) et a écrit, avec Michel Rocard, Lettre aux générations futures en espérant qu’elles nous pardonneront (Bayard 2015).

Thomas Golovodas, 32 ans est expert des questions fiscales et budgétaires. Il est par ailleurs militant dans le mouvement Diem25.

 

Format : 14,5 x 19 cm, 190 pages, 14,90 euros.

Pour l’amour de Bethléem

Pour la première fois, les confessions d’une éminente personnalité palestinienne : la maire de Bethléem

La devise de Véra Baboun est : « De la souffrance, apprendre à faire naître la grâce. »

 

9782227489363Cette professeure d’université a vu sa vie bouleversée en 1980, lors de l’arrestation de son mari, militant palestinien, par les Israéliens, puis de sa mort. Elle va alors ériger en règle de vie le fait d’emprunter des chemins nouveaux, de relever trois défis : se battre pour son pays, pour sa ville, pour les femmes.

Son héroïne, que lui contait son grand-père, c’est Shéhérazade, qui accomplit son destin grâce au courage, à l’éducation, à la sagesse. Elle veut porter ce combat pour toutes les femmes du monde. En tant que maire de Bethléem, elle sait que les murs qui enferment sa ville risquent d’enfermer les habitants en eux-mêmes, de les transformer en exilés de l’intérieur. Plus on enferme, plus on radicalise. Elle veut elle, briser ces murs. Dans son enfermement, elle arrive à s’adresser à l’humanité entière. Elle se bat pour défendre la vie quotidienne des habitants, négocier sans relâche l’accès à l’eau, à l’électricité, au retraitement des déchets… Si elle reconnaît les points faibles de la société palestinienne, elle est aussi déçue par les grands hommes politiques qui sont venus dans sa ville (Barack Obama, David Cameron…). A l’exception du pape François qui a prononcé des paroles de reconnaissance, celles dont son peuple a besoin.

Véra Baboun, 53 ans, est la première femme maire de Bethléem. Élue en 2012, sur une liste du Fatah, elle est une Palestinienne chrétienne, professeur d’université (littérature anglo-saxonne) et mère de cinq enfants. Cet ouvrage est son premier livre, où elle délivre, de sa petite ville encerclée d’un mur, un regard très espérant.

 

 

Format : 14.5 x 19 cm, 190 pages, 15,90 euros.

Mes combats – Préface de Robert Badinter

9782227489370_mes_combatsUn événement : les textes inédits d’une vie d’engagements et de convictions que Simone Veil a souhaité réunir et partager

De 1974 à 2008, de différents postes de ministre à la présidence du Parlement européen et jusqu’au Conseil constitutionnel, Simone Veil a marqué la vie politique française de multiples façons.
Personnalité politique préférée des Français, elle a fondé ses engagements sur les valeurs transmises par ses parents : la tolérance, le respect des droits de chacun et de toutes les identités. Des valeurs humanistes que pour eux le judaïsme incarnait.

Cet ouvrage rassemble les grands discours qu’elle a écrits tout au long de son parcours politique. D’une force et d’une modernité étonnante, qu’ils portent sur l’Europe, les droits des femmes ou la mémoire de la Shoah, ils révèlent une personnalité d’une intelligence aussi extrême que sa sensibilité, qui n’a jamais cessé d’être habitée par le souvenir obsédant des six millions de Juifs exterminés pendant la Seconde guerre mondiale.

 
Le livre est préfacé par Robert Badinter, il contient également une introduction de Jean et Pierre-François Veil, ainsi que des photos, dont beaucoup sont inédites, de Philippe Ledru.

Simone Veil est née à Nice le 13 juillet 1927. Le 30 mars 1944, à 16 ans et demi, elle est arrêtée par la Gestapo. Elle survit à la déportation dans les camps de Drancy, d’Auschwitz-Birkenau et de Bergen-Belsen. Devenue magistrate, elle intègre le gouvernement de Valéry Giscard d’Estaing au poste de ministre de la Santé en 1974. Son projet de loi sur l’IVG qui dépénalise l’avortement est adopté le 29 novembre 1975. De 1979 à 1982, elle est la première présidente du Parlement européen. Elle est ministre des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville dans le gouvernement Édouard Balladur, puis siège au Conseil constitutionnel de 1998 à 2007. Élue à l’Académie française le 20 novembre 2008, elle publie la même année son autobiographie, Une vie (Stock, 2007).

 

Format : 14,5 x 20,5 cm, 480 pages, 19,90 euros.

Religions et caricatures, Les défis de la représentation

9782227488656.inddFrançois Boespflug

 Des origines de l’art aux « affaires » des caricatures de Mahomet :un livre pour comprendre la crise des religions !

 

Depuis « l’affaire des caricatures de Mahomet », en 2006, et l’assassinat de l’équipe de Charlie Hebdo en 2015, la question des représentations de Dieu est devenue une question brûlante et empoisonnée.

François Bœspflug reprend de fond en comble le dossier des représentations et des caricatures de Dieu dans les trois religions monothéistes. Il étudie la pertinence de la question du blasphème par l’image, les rapports de chacune des religions avec la figure de la divinité, les liens entre représentations et violence.

 

L’auteur démonte les a priori, les ignorances ou les approximations sur l’interdit des images, les représentations du prophète dans l’islam, l’histoire des premières caricatures religieuses, la liberté d’expression…

 

Un livre indispensable pour comprendre la crise que traversent nos sociétés occidentales et les religions face aux pouvoirs et aux dangers des images.

               
François Bœspflug, professeur honoraire à l’université de Strasbourg, est théologien, historien des religions et spécialiste de l’histoire de l’iconographie religieuse. Il est auteur d’ouvrages remarqués sur les représentations de Dieu dans l’art, dont Dieu et ses images (Bayard 2008 et 2011).

 

 

Format : 14,5 x 19 cm, 252 pages, 18,90 euros.

 

CHOCOLAT Les images du film

Jacquette_chocolat_(A).inddLes plus belles photographies du tournage avec d’exceptionnelles images d’époque

Les acteurs Omar Sy, personnalité préférée des français et César du meilleur acteur pour Intouchables, James Thierrée, petit-fils de Charlie Chaplin, et le réalisateur Roschdy Zem, César du meilleur acteur pour son rôle dans Indigènes, ont accepté pour ce livre de raconter l’aventure du film, leur rencontre, leurs motivations, leur travail, en présentant soixante-dix photos du tournage.

On découvre en images le travail exceptionnel des décors, des costumes, et une impressionnante distribution.

Le livre propose une trentaine d’images d’archives, des photographies du vrai clown Chocolat et de son partenaire Footit, les reproductions des dessins de Toulouse Lautrec, des documents d’époque, présentés et légendés par l’historien Gérard Noiriel.

 

De nombreux événements accompagneront la sortie du film : exposition à Paris, inauguration d’une plaque par Omar Sy…

 

Format : 30 x 23 cm, 144 pages, 19,90 euros.

Chocolat, La véritable histoire d’un homme sans nom

ChocolatLaVeritableHistoireOK.inddGérard Noiriel

À l’origine de Chocolat, film événement du début d’année 2016,distribué par la Gaumont, avec Omar Sy

Gérard Noiriel nous livre la véritable histoire du clown Chocolat, reconstituée à partir d’un formidable travail de recherches d’une dizaine d’années.

C’est l’histoire d’un fils d’esclave de Cuba qui fuit son destin jusqu’à Bilbao et finit par débarquer à Paris, après bien des aventures. Nous sommes en 1886, Chocolat devient une étoile des cirques parisiens en plein essor. Le premier artiste noir en France, et peint par Toulouse Lautrec ! Ses numéros de clown avec son partenaire Footit ont un succès considérable mais il mourra dans la misère, enterré dans une fosse commune, après avoir, en vain, tenté de devenir comédien…

L’auteur a mené une enquête  exceptionnelle pour retrouver les traces de ce premier artiste noir et réhabiliter sa mémoire.

Cette biographie est à l’origine du film événement de Roschdy Zem, Chocolat. Il sort le 3 février 2016 dans 700 salles de la Gaumont, avec Omar Sy dans le rôle-titre, ainsi que James Thierrée, Olivier Gourmet, Denis et Bruno Podalydès et Noémie Lvovsky.

Un texte vivant et accessible, rédigé comme une enquête haletante.

               
Gérard Noiriel, est un grand historien français, spécialiste de l’histoire de l’immigration et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont Le creuset français, histoire de l’immigration XIXe-XXe siècles (Seuil, 2006), Chocolat, clown nègre (Bayard, 2012) et Qu’est-ce qu’une nation ? (Bayard, 2015).

 

 

Format : 15,3 x 22,7 cm, 544 pages, 19,90 euros.

 

 

La République, l’Église et l’Islam, Une révolution française

9782227487505Rachid Benzine et Christian Delorme

Le cri d’alerte et les propositions de deux pionniers du dialogue entre chrétiens et musulmans

De nouvelles tensions secouent la société française et la République, remettant en cause ce qu’elles croyaient être un consensus. L’Église est déroutée. Le dialogue avec l’islam fait peur. Et de son côté, l’islam vit des transformations radicales. Une nouvelle islamisation du monde est en train de se produire. Qu’est-ce qu’être musulman aujourd’hui ?

Deux pionniers du dialogue interreligieux et culturel ont décidé de rompre le silence. Qu’avons-nous encore à nous dire et à dire à la société française ? Comment « faire France ensemble » ? se demandent-ils. Ils dénoncent les lieux communs, d’où qu’ils viennent, ne cachent aucun aspect difficile, inquiétant de la réalité. Ils donnent leurs analyses et leurs propositions afin qu’un certain islam puisse triompher et que les conditions du vivre ensemble soient renforcées. C’est une urgence pour la République, l’Église et l’Islam.

 

Rachid Benzine est islamologue et enseignant. Chercheur associé à l’Observatoire du religieux de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, il enseigne à la Faculté protestante de Théologie de Paris. Il a publié Les nouveaux penseurs de l’islam (Albin-Michel, 2004) et Le Coran expliqué aux jeunes (Seuil, 2013).

Christian Delorme, prêtre dans la banlieue lyonnaise, est une grande figure en France du dialogue avec l’islam, initiateur en 1983 de la Marche pour l’égalité des droits et contre le racisme. Il a écrit de nombreux livres et notamment avec Rachid Benzine : Nous avons tant de choses à nous dire : Pour un vrai dialogue entre chrétiens et musulmans (Albin Michel, 1998).

 

 

Format : 14,5 x 19 cm, 195 pages, 16,90 euros.

Les exilés mentaux

LesExilesMentaux

Les exilés mentaux

Jeanne Auber

 

 

Dans Bonjour, jeune beauté, nous avions découvert le quotidien de sa famille, confrontée au handicap de leur fille Julie, son combat pour comprendre et accompagner au mieux cette différence. Nous la retrouvons alors que Julie fête ses 22 ans et connaît le triste sort de nombreux adultes handicapés dans notre pays : pas d’hébergement sur le territoire français, une prise en charge provisoire, une semaine par mois, à 300 kilomètres du domicile familial.

Pourquoi ? A quoi tient cette spécificité française ? Et comment, dans le même temps, de plus en plus de familles trouvent une solution de l’autre côté de la frontière, en Belgique ? C’est le journal de bord de cette enquête que nous donne à lire Jeanne Auber, un an de rencontres avec les associations de parents dans les deux pays, de visites de ces établissements wallons à la gestion opaque, d’entretiens avec d’autres mères françaises, forcées de bricoler des solutions au quotidien.

Jour après jour, c’est un véritable scandale national qui se révèle, où l’administration ne tient même pas un décompte précis des places disponibles dans ses établissements, où les contribuables français financent des hébergements en Belgique, où les familles belges, elles, ne peuvent plus avoir accès aux structures présentes dans leur pays.

Jeanne Auber est médecin et exerce dans un grand hôpital parisien. Elle est l’auteur avec son mari, Tristan Auber, de Bonjour, jeune beauté, aux éditions Bayard.

Les affamés

AFFAMES-LES_ouvrage_largeGénération sacrifiée

Elle a 22 ans, habite Paris et fait partie d’une jeunesse abonnée aux petits boulots depuis longtemps pour financer ses études, puis pour faire face au chômage une fois que celles-ci touchent à leur fin. Léa Frévedal ne prétend pas être représentative de l’ensemble de cette génération que l’on a pu appeler «Y» tant elle semble branchée en permanence, mais d’une catégorie bien réelle pour autant. Le monde a changé, et sans doute cette génération est la première à « galérer » sans pouvoir forcément nourrir l’illusion d’un avenir meilleur, obligée
à une lucidité que lui impose les parents, les professeurs comme les médias.

Un monde en crise

Ce livre, écrit avec les mots de cette jeunesse écorchée, souvent drôle, parfois triste aussi, voudrait donner une autre image que celle d’un groupe de jeunes naïfs et insouciants. Il voudrait que soit reconnue la difficulté singulière d’être jeune dans un monde en crise. Il voudrait enfin faire remarquer l’élan, l’énergie, la créativité qui existe malgré tout et fera le monde de demain.

Léa Frédeval vient d’achever des études de sociologie à l’université. Elle tient un blog et publie régulièrement des chroniques dans le magazine Elle. Tour à tour serveuse, ouvreuse, baby-sitter, vendeuse, assistante, elle vient de s’inscrire à Pôle Emploi.

#Affamés2014 : Retrouvez la page Facebook du livre et les vidéos, qui donnent la parole à de jeunes adultes du monde entier sur les interrogations essentielles de leur génération.

La fiche complète du livre

Actualités

France 2 : « L’émission pour tous » : http://www.labandearuquier.com/L-emission-pour-tous-25-fevrier.html

France Bleu Midi : http://www.francebleu.fr/emissions/france-bleu-midi-ensemble

LCI « Le 5 à 7 » de Michel Field : http://www.programme.tv/c11581568-le-5-a-7/le-5-a-7-73769394/

RMC « Les grandes gueules » : http://rmc.bfmtv.com/info/581663/programme-mercredi-26-fevrier/

 

Dictionnaire de l’islamophobie

DICTIONNAIRE-DE-L-ISLAMOPHOBIE_ouvrage_largeDictionnaire de l’islamophobie

Kamel Meziti

Les mots pour le dire

Réalisé à la manière d’un dictionnaire, cet ouvrage reprend systématiquement les mots et
les expressions qui ont échappé ou ont été volontairement prononcés par des politiques,
des intellectuels, des artistes, des écrivains… Chaque entrée donne lieu à une remise dans
le contexte de l’époque et à une explication sur les effets  que cela a pu provoquer dans les consciences ou dans la société.

Vivre ensemble

La deuxième religion de France est régulièrement stigmatisée  par des discours de rejet, des procès d’intention, des actes de  violence. Un ouvrage engagé, qui montre comment l’«islamophobie», déjà ancienne, se banalise aujourd’hui en France et qui appelle à la vigilance pour faire progresser la notion du «vivre ensemble», chère à l’auteur.

Kamel Meziti, enseignant-chercheur et conférencier, secrétaire général du Groupe de
Recherche islamo-chrétien, est très impliqué dans le dialogue interreligieux. Il a participé
au livre « Rites, fêtes et civilisations de l’humanité », publié chez Bayard Éditions en 2012.

 

Une psychanalyste à Téhéran

PSYCHANALYSTE-A-TEHERAN_ouvrage_largeUne psychanalyste à Téhéran

Gohar Homayounpour

préface d’Abbas Kiarostami

Revenir en Iran

Non, la psychanalyse n’est pas impossible en Iran, oui, la douleur est la même partout et les patients de Gohar Homayounpour sont parfois très proches de ceux qu’elle recevait à Boston quelques années plus tôt. De retour dans son pays après plusieurs années passées aux Etats-Unis ,  interroge par les différentes émotions qui la traversent ce rapport si tendu entre Occident et Orient, loin des fantasmes occidentaux empreints d’orientalisme.

Ici comme ailleurs

Fil rouge de ce journal de bord, ses rendez-vous avec une certaine Mme M, elle aussi entre deux mondes, la renvoie à sa propre histoire, à la relation complexe à ce pays, entre nostalgie et rejet, aux livres qui l’ont marqué, de Kundera à Proust, de la philosophie à la psychanalyse. Téhéran est bien plus qu’une toile de fond, c’est la distance suffisante pour éclairer d’un jour nouveau nos questionnements les plus anciens : la quête et le rejet de ses origines, les blessures, la culpabilité, la révolte et la maturité…

Après avoir vécu et exercé de nombreuses années à Boston, Gohar Homayounpour est psychanalyste à Téhéran, membre de la société psychanalytique freudienne et professeur de psychologie à l’université Sahhid Beleshti. Son père fut le traducteur de « L’insoutenable légèreté de l’être » de Milan Kundera en persan.

Abbas Kiarostami est un réalisateur iranien mondialement connu. Son dernier film est « Like someone in love ».

Actualité

Véronique Mutrel, Librairie La Passerelle à  Antony parle du livre:

http://www.pagedeslibraires.fr/livre-3848/une-psychanalyste-a-teheran.html?osa=2a68deec972047b80fb14e51d47c50f4d771f74a

Mon amie, c’est la finance

MON-AMIE-C-EST-LA-FINANCE_ouvrage_largeMon amie, c’est la finance

Introduction de Gaël Giraud
Adrien de Tricornot, Mathias Thépot, Franck Dedieu

Comment le pouvoir a renoncé à une vraie réforme…

Contre les dérives de la finance et les risques de faillites du système bancaire, le projet de loi préparé par le gouvernement est un leurre. Les auteurs de cet ouvrage, spécialisés dans les questions  d’économie, dénoncent, avec le grand économiste Gaël Giraud, la soumission du pouvoir politique aux grandes banques et la responsabilité du Ministre de l’Économie et des Finances dans l’absence de débat.

Un ouvrage engagé, très pédagogique, qui explique de manière claire et simple, la teneur de la réforme bancaire et ce qu’elle aurait pu être pour soutenir une vraie politique de relance économique.

Gaël Giraud est l’un des grands économistes contemporains, directeur de recherche au CNRS, centre d’économie de la Sorbonne, Labex REFI ( Régulation financière).
Adrien de Tricornot est journaliste au Monde depuis septembre 2001, spécialisé en macroéconomie et finance. Il a couvert pendant plusieurs années l’actualité de la Banque centrale européenne
(BCE) et de l’économie allemande.
Franck Dedieu est journaliste économique, rédacteur en chef adjoint de l’Expansion. Il a publié avec Benjamin Masse-Stamberger et Adrien de Tricornot « Inévitable protectionnisme »  et « 150 idées reçues sur l’économie »
Mathias Thépot est journaliste à La Tribune.

la fiche du livre : Mon ami c’est la finance