Consolation

Une magnifique méditation consolatoire

Ces dix-sept lettres signées par Jean Chrysostome (347-407) s’apparentent tantôt à de simples billets, tantôt à de petits essais, tantôt à de véritables homélies. Écrites entre 404 et 405, elles s’adressent à une jeune veuve de Constantinople appelée Olympias.

Premières lettres de direction spirituelle dans la littérature chrétienne d’expression grecque, elles fournissent de précieux renseignements sur leur époque, l’histoire du christianisme (en particulier le schisme de l’Église d’Orient) et la vie du saint lui-même, alors banni de Constantinople dont il était archevêque. Ces lettres chaleureuses, qui nous font aussi entrer dans l’intimité de deux âmes, se rattachent à la tradition de la Consolation. Il est intéressant d’observer l’évolution de cette branche de la littérature épistolaire pratiquée en leur temps par de grands auteurs païens, comme Plutarque ou Sénèque.

Jean Chrysostome, né à Antioche (aujourd’hui Antakya en Turquie) entre 344 et 3491, et mort en 407 près de Comana, a été archevêque de Constantinople et l’un des Pères de l’Église grecque. Son éloquence est à l’origine de son nom en grec qui signifie littéralement « à la bouche d’or ». À la fois saint et docteur de l’Église catholique, de l’Église orthodoxe et de l’Église copte, Jean Chrysostome est fêté le 13 septembre en Occident et le 30 janvier en Orient.

Nicolas Waquet est poète, traducteur et préfacier, auteur de travaux de littérature comparée sur le genre sublime dans la poésie occidentale. Il a traduit de nombreux ouvrages en latin, grec, allemand et anglais. Sa poésie, traduite en italien, est publiée dans diverses revues.

150 pages – 13,90€

Parution le 5 février 2020

service communication