Et le peuple eut soif. Lettre à celles et ceux qui ne sont pas indifférents à l’avenir de la tradition chrétienne

Et le peuple eut soif. Lettre à celles et ceux qui ne sont pas indifférents à l’avenir de la tradition chrétienne

Parution le 27 janvier 2021

Une lettre du grand théologien à ses contemporains : faisons-nous « proches » pour faire face à l’avenir et sauvegarder l’espérance

Le grand théologien Christoph Theobald écrit ce texte comme on jette une bouteille à la mer. Il s’adresse à ceux qui ne sont pas indifférents au christianisme, mais qui se sont éloignés de l’Église et de la tradition chrétienne. Dans cette méditation d’une grande puissance théologique, il affirme que la pandémie, en creusant un manque, a pu faire naître une soif spirituelle. En nous tournant vers les textes bibliques, nous trouvons une aide pour désigner ce qui nous manque : l’énergie intérieure pour œuvrer pour l’avenir, en faveur d’une vie humaine digne de ce nom sur une planète terre gardée habitable. Il en appelle à une « mystique de la fraternité », pour adopter la seule attitude possible pour les chrétiens : accepter l’incertitude par rapport à l’avenir et en faire un lieu de confiance, à la suite de Jésus. Il rappelle la nécessité de l’Église, mais interroge : comment la rejoindre si elle se défend en tant qu’institution et ne parvient plus à annoncer l’Évangile de telle manière qu’il puisse rejoindre les cœurs humains ? L’auteur nous enjoint à ne pas oublier l’art de Jésus et de ses disciples d’ouvrir les « portes » grâce à leur manière de se rendre proches de leurs contemporains. Ainsi, l’Église, en proie à une terrible crise, pourrait retrouver sa capacité à faire que l’Évangile rejoigne les cœurs de nos contemporains, en revenant à un travail de proximité, surtout auprès des plus nécessiteux. Un texte magnifique, qui résonne longtemps après sa lecture et amène tout lecteur, chrétien ou pas, à une introspection positive.

160 pages – 16,90 €

Parution le 27 janvier 2021

service communication

Laisser un commentaire