Blog Bayard Éditions

Une enquête sur le bouddhisme moderne vécu en Occident, loin des exigences religieuses des bouddhistes asiatiques.

COUV_9782227492257

 

Le bouddhisme tel que nous le concevons aujourd’hui est un produit de la sécularisation européenne. Depuis la seconde partie du XIXe siècle, des intellectuels anticléricaux ont cherché à remplacer l’héritage biblique de l’Europe par les anciennes doctrines de l’Inde, jugées plus rationnelles. L’enseignement du Bouddha semblait particulièrement indiqué. Sans Dieu, sans Sauveur, sans révélation écrite, il paraissait à même de réformer l’Occident en l’asseyant sur de nouvelles bases.

L’anthropologue Marion Dapsance démontre comment le bouddhisme est devenu une nouvelle philosophie progressiste dont le but est moins l’épanouissement des individus qu’une véritable réforme de notre monde.

 

 

Marion Dapsance est docteur en anthropologie de l’École Pratique des Hautes Etudes  (EPHE, Paris) et a enseigné l'histoire du bouddhisme en Occident à l'Université Columbia (New York). Elle est également l'auteur des Dévots du bouddhisme (Éd. Max Milo, 2016).

Format : 12 x 17,6 cm, 175 pages, 16,50 euros.

UN COMMENTAIRE SUR CET ARTICLE

  • Adelia Bertetto

    15 février 2018 at 14 h 24 min

    J’ai apprécié le livre: clair et bien écrit.
    Plusieurs sources prouvent que l’actuel Dalai Lama n’est pas le personnage « limpide » qu’il semble.
    Ce serait bien si Mme Dapsance dédiait une étude à Alexandra David-Neel, en particulier ses écrits sur le Bouddhisme tel qu’elle l’a vécu à son époque considérant certaines dérives à son égard. (Voir par exemple l’article .
    Alexandra David-Néel trahie, falsifiée, abusée ? – L’exploratrice franco-belge était-elle une amie du bouddhisme tibétain et du Tibet « libre » des dalaï-lamas ? mardi 20 mai 2014, par Albert Ettinger
    Différences entre le texte français et la traduction allemande du Voyage d’une Parisienne à Lhassa.
    http://www.tibetdoc.eu/spip/spip.php?article270
    Je signale aussi :
    Elisabeth Martens
    Histoire du Bouddhisme tibétain – La Compassion des puissants L’Harmattan, 2007.
    Déjà en 2007, Elisabeth Martens avait donné la définition :
    « BT-light » or « Bouddhisme tibétain à doses homéopathiques »

Laisser un commentaire